Wivinne Marion : l'enquête est terminée, Xavier Van Dam en route vers la Cour d'assises

La Chambre du conseil de Namur a clôturé ce matin l’instruction du dossier sur l’assassinat de Wivinne Marion, cette Namuroise de 42 ans tuée le 1er novembre 2018 alors qu’elle faisait un jogging près de chez elle à Boninne. Le dossier va maintenant être transmis à la Chambre des mises en accusation de Liège pour un renvoi devant la Cour d’assises.

Xavier Van Dam (31 ans), accusé de séquestration, viol et assassinat, continue à prétendre ne pas se souvenir des faits. Il dit avoir un "trou noir" entre le moment où il a quitté une soirée à 6 heures du matin et le moment (vers 10h15) où la police le surprend alors qu'il vient de pousser sa propre voiture dans la Sambre, depuis le quai de halage à Flawinne. Le corps de Wivinne Marion sera découvert dans le coffre de la voiture.

D’après l’autopsie, la cause de la mort n’est pas la noyade, mais sans doute une strangulation intervenue avant que la voiture ne plonge dans la Sambre. Le dossier est accablant pour Xavier Van Dam, à commencer par le témoignage d’un fermier de Boninne qui a alerté la police. Vers 8h45, au bord d’un champ, il a aperçu un homme sortir un corps de sa voiture, le jeter au sol et l’étrangler. Interpellé de loin, l’auteur des coups remet le corps dans la voiture et s’enfuit. Mais le fermier parvient à identifier la voiture, une Renault Laguna bleu, et même à relever l’immatriculation : 1 UJR 580. C’est la voiture de Xavier Van Dam.

Prévenue la police recherche activement le véhicule dans la région. Mais elle le retrouve trop tard : Xavier Van Dam vient de pousser sa voiture dans la Sambre.

Depuis le premier jour, la stratégie de défense du suspect n’a pas varié : "il ne se souvient pas". C’est l’enjeu principal du procès qui s’ouvrira bientôt devant la Cour d’assises de Namur : le trou noir de Xavier Van Dam est-il un mensonge pour ne pas assumer un crime particulièrement abject ? C'est le point de vue du Parquet, mais aussi celui de la partie civile.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK