Willy Borsus sur le bilan de la Wallonie: "51% des mesures promises sont accomplies ou avancées"

Ce mercredi matin, Willy Borsus, a établi le "bilan de la Wallonie". Basé sur quatre axes (économie, social, gouvernance et environnement), cet état des lieux fait le point et représente un "instrument important pour mener à bien une politique cohérente tournée vers l'avenir", a déclaré le ministre-président. 

En guise de conclusion, Willy Borsus a affirmé que 51% des mesures du programme que le gouvernement s’est fixé à son arrivée sont "soit accomplies, soit substantiellement avancées". Le nombre de dossiers mis sur la table du gouvernement wallon s'élève à 39,79%, alors que 9,15% des mesures sont encore à traiter. "En d’autres mots, 90% de la Déclaration de politique régionale sont soit déjà réalisés, soit significativement initiés." 

Le ministre-président a promis que les efforts seront rassemblés pour poursuivre le travail et honorer tous les engagements. 

Économie : "Le chômage baisse en Wallonie" 

Le volet économique était le point central du discours du Président qui lui a accordé la moitié de son bilan. Pour la première fois en 30 ans, le nombre de demandeurs d'emploi est passé sous la barre des 200.000, se réjouit Willy Borsus qui rappelle rapidement que ces chiffres doivent être "maniés avec une certaine prudence". Aussi, la croissance de la Région flamande reste plus forte que la Wallonie et la Région de Bruxelles-Capitale. Des progrès en termes d'emploi pour la Région wallonne, certes, mais "l'écart avec nos voisins du Nord ne s'est absolument pas résorbé en 10 ans", tempère le Président. 

Moins réjouissant, Willy Borsus a appuyé sur le faible taux d'emploi qui atteint "seulement" 63,2% en Wallonie, un chiffre largement en dessous de l'objectif européen qu'il faudrait atteindre à l'horizon 2020.

La création d'emploi et la lutte contre le chômage, en particulier chez les jeunes, seront les deux combats pour lesquels la Wallonie devra concentrer ses efforts dans les années à venir sur le plan économique.

Enfin, "le PIB wallon est un indicateur important de la santé économique de notre Région", a déclaré Willy Borsus. Comment évolue-t-il ? Il y a quelques semaines, l'Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique (Iweps) a confirmé une évolution de 1,8% du PIB wallon en 2017 et une perspective d'évolution de 1,9% en 2018. Un chiffre en deçà de la zone euro, mais qui se calque sur la moyenne belge.

Social: "Des chiffres que l'on peut qualifier de catastrophiques"

Après s'être enthousiasmé sur le bilan relativement positif de l'économie wallonne, Willy Borsus a vite déchanté lorsqu'il a abordé les différents aspects sociaux de sa Région. Premièrement, la situation de pauvreté est qualifiée de "grave". 26% de la population wallonne vit sous le seuil de pauvreté ou risque de s'y retrouver prochainement. Ce chiffre est de 5% supérieur à la moyenne belge et 11% au dessus de la moyenne flamande. 

À ce constat accablant s'ajoute la privation matérielle sévère. C'est-à-dire, les ménages qui ne sont pas en mesure de se permettre au moins "quatre des neufs biens et services primordiaux" (ndlr : payer son loyer à temps, posséder une télévision, manger des protéines tous les deux jours, etc.).

Une situation que le ministre-président qualifie d'"inacceptable". Il rappelle au passage qu'en mars dernier, une version actualisée du Plan de lutte contre la pauvreté a été présentée. 

Enfin, Willy Borsus s'est penché sur le vieillissement de la population wallonne. Il promet que des solutions seront mises sur pied pour affronter les nouveaux enjeux qu'il engendre. Cependant, l'espérance de vie en Wallonie reste en deçà de la moyenne belge bien que les soins de santé sont en nette amélioration.

Gouvernance: "Il faut regagner la confiance des citoyens"

Constat peu étonnant: le citoyen se détourne de la politique. "En février dernier, le baromètre de l’Union européenne indiquait qu’un Belge sur deux ne faisait pas confiance aux partis politiques", rappelle Willy Borsus. Le combat principal est donc de regagner coûte que coûte cette confiance. Ébranlée par les différents scandales qui font souffrir la Wallonie depuis de longs mois, le Président rappelle les 84 recommandations mises en oeuvre suite à la Commission Publifin ainsi que la mise en place d'un cadastre des subsides octroyés par les ministres. 

Le ministre-président rappelle également quelques chiffres : un budget wallon qui a augmenté de près de 70% pour atteindre 13,1 milliards d'euros, une dette consolidée qui se situe autour de 21 milliards et les 53,2% de la toute la richesse produite en Belgique qui est redistribuée ou transformée par les pouvoirs publics. 

Environnement: "35% de réduction des émissions de CO2"

Dernier volet abordé par Willy Borsus, l'état de la Wallonie en matière environnementale. Le Président a tenu à appuyer sur le chiffre de 35% qui correspond à la réduction des émissions de gaz à effet de serre depuis 1990. Un chiffre positif, mais qui n'est pas encore suffisant. "L’effort à fournir est cependant encore immense", clame Willy Borsus. D'ici 2050, la Région a prévu de réduire ses émissions par rapport à 1990 de 80 à 95%.

Cette évolution est contrastée selon les secteurs. "Celui de l’industrie et de la production d’électricité sont à l’origine d’une réduction des émissions totales de respectivement 27% et 7%, mais la croissance des émissions liées au transport a par contre provoqué une augmentation des émissions globales de 4%.

Des améliorations que Willy Borsus notifie à plusieurs niveaux comme ceux sur les marchés du gaz et de l'électricité ou encore ceux du gaz. Enfin, la qualité de l'air est en nette amélioration également. Enjeu important d'un point de vue environnemental et sanitaire, l'air est, à la vue de trois indicateurs (particules fines, ozone dans l'air et micro-polluants), davantage de qualité. 

Consultez l'intégralité du discours de Willy Borsus :