Willem Draps en minorité à l'asbl Wolugraphic

Mardi dernier, le 14 février, le conseil d’administration de l’asbl Wolugraphic a mis le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre Willem Draps en minorité
Mardi dernier, le 14 février, le conseil d’administration de l’asbl Wolugraphic a mis le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre Willem Draps en minorité - © Belga

Le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, Willem Draps (MR) vient de perdre une manche dans le combat qui l’oppose à Patrick Rahier, l’ancien éditeur responsable du magazine d’information de la commune, licencié en 2010. Mardi dernier, le 14 février, le conseil d’administration de l’asbl Wolugraphic a mis le bourgmestre en minorité. Trois administrateurs de son parti ont voté contre lui. Un camouflet pour Willem Draps, qui apparaît de plus en plus isolé.

Commune traditionnellement paisible et ronronnante, Woluwe-Saint-Pierre connaît depuis deux ans une véritable ''guerre des périodiques''. A côté de l’officiel ''Wolumag'', un éditeur privé publie ''Vivre à Woluwe'', un toutes-boîtes rédigé par Patrick Rahier, anciennement responsable du magazine communal. Patrick Rahier a été licencié pour faute grave, au motif qu’il avait revendiqué la propriété intellectuelle de la maquette et du titre du périodique qu’il éditait pour compte de Woluwe-Saint-Pierre. L’échevin des Finances, Jean-Claude Laes, avait réussi à convaincre Patrick Rahier de réintégrer son poste en échange de son renoncement à publier le concurrent de Wolumag.

Après avoir signé une convention ''sous la contrainte morale'', Patrick Rahier a fait volte-face. Il n’a pas repris son travail à la commune et il continue à concevoir ''Vivre à Woluwe'', où l’on ne trouve jamais la moindre photo du bourgmestre Draps et de son échevin des Finances Laes. Depuis lors, une action en cessation a été introduite devant le tribunal de première instance pour obtenir l’exécution forcée de la convention dénoncée par Patrick Rahier et faire cesser la parution de ''Vivre à Woluwe''. On aperçoit immédiatement ce que la situation peut avoir de choquant. Un bourgmestre et un échevin paraissent s’opposer à la liberté de la presse, même s’ils s’en défendent.

Sur le plan juridique, l’action paraît en outre très sujette à caution. Patrick Rahier n’est en effet pas le propriétaire de ''Vivre à Woluwe''. Il n’en est que le rédacteur principal et non rémunéré. L’éditeur se nomme Gilles Elsen. Et il se trouve lui aussi au cœur d’un conflit avec le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre et son échevin des Finances depuis qu’il a rendu public l’enregistrement d’une conversation privée avec Willem Draps et Jean-Claude Laes. Conversation dans laquelle on entend les deux hommes proférer des menaces à peine voilées envers l’éditeur, telles qu’un contrôle fiscal (qui aura d’ailleurs lieu quelques semaines plus tard). Cet enregistrement vaudra d’ailleurs à Jean-Claude Laes de démissionner de son mandat d’administrateur de l’asbl Wolugraphic, le bourgmestre Draps ne sauvant son poste lors du conseil communal du 27 octobre 2011 que par 15 voix contre 10 et 5 abstentions. Un premier coup de semonce.    

Draps minorisé

Le 14 février, le CA de Wolugraphic se réunit à nouveau pour aborder le litige qui l’oppose à ''Vivre à Woluwe'' et à Patrick Rahier. Parce que, sur le plan juridique, c’est bien Wolugraphic qui est à l’origine de l’action en cessation. Sauf que les organes de l’asbl n’en ont jamais délibéré. Le bourgmestre a agi de sa propre initiative, sans en référer, semble-t-il, à son conseil d’administration. Un élément de nature à faire avorter dans l’œuf la procédure, seul le CA de l’asbl étant habilité à  mandater un avocat pour une action en justice. Après débat, un vote a lieu pour décider si l’on continue le bras-de-fer judiciaire ou si l’on opte pour une solution de compromis avec Patrick Rahier, ce qui implique de renoncer au motif grave et de lui verser des indemnités de licenciement correspondant aux années passées au service de la commune. Nouveau camouflet pour Willem Draps : le CA opte pour la voie du compromis par six voix contre quatre. Trois libéraux de la Liste du Bourgmestre ont voté contre lui. Willem Draps subit un véritable camouflet à 8 mois des élections communales.

Philippe Carlot

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK