Wezembeek-Oppem : peut-on être climatosceptique dans la sphère privée et bourgmestre élu MR ?

Wezembeek-Oppem : peut-on être climatosceptique dans la sphère privée et bourgmestre élu MR ?
3 images
Wezembeek-Oppem : peut-on être climatosceptique dans la sphère privée et bourgmestre élu MR ? - © ERIC LALMAND - BELGA

Sur son mur Facebook, Frédéric Petit, le bourgmestre MR de la commune de Wezembeek-Oppem, expose régulièrement son scepticisme vis-à-vis du réchauffement climatique. Or son parti, le MR, dans son programme présente une politique claire et ambitieuse en matière d’écologie. Est-ce compatible, peut-on exposer une opinion contradictoire à la ligne de son parti politique quand on est bourgmestre élu ?

Les réchauffistes paniquent ! Trop drôle !

Sur son mur, Frédéric Petit a indiqué que "la vague de froid aux Etats-Unis" de ces derniers jours est une preuve que les prévisions d’un réchauffement climatique à court terme sont erronées. Toujours sur Facebook, il chambre également régulièrement la jeune activiste du climat Greta Thunberg.

Nous l’avons contacté. L’élu nous répond par message : "Facebook est un réseau social privé et je m’y exprime à titre personnel. J’émets des doutes quant au sérieux des conclusions du GIEC et ses prévisions alarmistes de réchauffement climatique à brève échéance. À titre d’élu, nuance-t-il, je défends la politique de mon parti et celle de ma majorité communale de prendre des mesures pour favoriser une transition énergétique réaliste sans pour autant tomber dans les extrêmes prônés entre autres par le gouvernement bruxellois…".

Dans ce message explicatif de sa démarche, Frédéric Petit nous expose également son opposition " aux interdictions brutales basées sur des projections catastrophistes. Les vagues de froid extrêmes planétaires actuelles devraient inciter les ‘réchauffistes’à nuancer leurs positions et à se mettre en question ".

D’une part le bourgmestre de Wezembeek-Oppem expose ses doutes quant au réchauffement climatique, d’une autre, il défend la politique ambitieuse de son parti en matière d’écologie.

Une contradiction problématique ?

"Si c’est sur Facebook, si c’est accessible à tout le monde, alors ça peut paraître un petit peu incohérent ou contradictoire avec la ligne de son parti", explique Jean Faniel, expert en vie politique belge. "Là c’est sa formation politique qui doit éventuellement le rappeler à l’ordre si elle juge que c’est dérangeant d’avoir ainsi une ligne qui est peut-être brouillée par les propos d’un de ses élus", analyse le directeur du CRISP.

En effet, le MR défend une politique climatique progressiste mais le Parti libéral défend également la liberté d’opinion de ses membres. Par l’intermédiaire de son président, David Leisterh, le MR bruxellois soutient son membre. "Ceux qui veulent s’exprimer à titre personnel peuvent le faire. J’ai contacté monsieur Petit qui s’inscrit pleinement – m’a-t-il rappelé – dans la ligne du parti et dans celle de sa majorité communale où ils ont un programme ambitieux en la matière et donc à ce niveau-là, il n’y a pas d’ambiguïté", précise le député bruxellois MR.

À présent, la question que l’on peut peut-être plutôt se poser : exposer une opinion sur Facebook fait-il réellement partie de la sphère privée quand on est politique ?

En tout cas, depuis que nous l’avons contacté, Frédéric Petit a supprimé les posts où il exposait sa vision du réchauffement climatique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK