Welkenraedt: 75 emplois menacés chez Hexcel Composites; les syndicats parlent de "dumping social" au Maroc

Le site d'Hexcel Composite emploie quelques 230 personnes à Welkenraedt.
Le site d'Hexcel Composite emploie quelques 230 personnes à Welkenraedt. - © Google Maps

Cette entreprise de 230 personnes produit des pièces pour l’aviation civile et militaire, les hélicoptères et le domaine spatial. Elle a annoncé son intention de restructurer et de délester de plusieurs dizaines d'emplois. 59 CDI exactement et la non reconduction de 16 contrats temporaires. Officiellement pour adapter les structures de production à la baisse du volume d’activités.

Pour les syndicats, la raison se situe ailleurs.... de l'autre côté de la Méditerranée. "Cela fait déjà quelques années que la multinationale a décidé de faire un copier-coller de cette usine à Casablanca, nous a répondu Stéphane Bréda (secrétaire régional FGTB Métal – Verviers). La direction nous a toujours rassurés en nous disant qu'elle n'aurait jamais assez de commandes pour remplir les deux sites. Malheureusement, on doit constater que ce ne sera pas le cas. On avait déjà les plus grandes craintes depuis deux ans…"

"Un cas flagrant de dumping social"

En termes de coûts de fabrication et de main d'œuvre, il n'y a pas de comparaison possible entre la Belgique et le Maroc. "D'autant que l'usine a été construite et financée à près de 50% par l'état marocain. Les formations aussi sont à charge de l'état. Et puis, on parle de salaires qui seraient jusqu'à cinq fois moins cher qu'en Belgique… C'est donc un cas flagrant de dumping social !"

Hexcel Composites a entamé la phase 1 de la Loi Renault, à savoir la procédure d’information et de consultation des syndicats. La direction dit vouloir éviter au maximum les licenciements secs, via des prépensions.

Archive : JT 31/01/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK