Wavre veut "réveiller la ville" et pour cela, elle va changer de visage dans les prochaines années

Le futur hall culturel, dont les travaux ont déjà débuté.
5 images
Le futur hall culturel, dont les travaux ont déjà débuté. - © RTBF

Les autorités communales ont présenté mardi les grands projets urbanistiques qui devraient métamorphoser la ville. L’objectif est d’apporter plus de convivialité, de renforcer l’attractivité du centre et le dynamisme des commerces... Et cela, tout en donnant plus de place aux piétons et aux cyclistes par rapport aux voitures.

Un projet très ambitieux

C’est en fait une série de projets qui ont fait l’objet d’une réflexion globale pour plus de cohérence. Mais les travaux ne seront pas tous lancés en même temps. Les autorités communales se veulent rassurantes : Wavre ne deviendra pas du jour au lendemain un chantier à ciel ouvert. D’ailleurs, on ne dispose pas aujourd’hui d’un calendrier pour la concrétisation de ces projets. Certains sont plus avancés que d’autres. Mais il faudra des années pour que tout soit terminé. Il s’agit donc bien d’une vision baptisée " Wavre 2030 ".

Une vision, mais des projets qui sont aussi bien concrets…

Citons par exemple la construction d’une nouvelle piscine à côté du hall culturel polyvalent, une passerelle piétonne pour traverser les voies de chemin de fer et rejoindre le plateau de la gare qui sera lui-même complètement réaménagé.

Si on continue la promenade, on descend le long de la galerie des Carmes, galerie commerçante moribonde qui deviendra le centre administratif de la ville de Wavre. On arrive ensuite au parking des Carabiniers où des commerces et des logements seront construits. Et tout cela en lien avec le cœur historique de la ville qui sera embelli et verdurisé, avec un fil conducteur : l’eau. Wavre veut renouer le contact avec la Dyle, qu’elle a longtemps cachée…

En fait, les autorités communales veulent réveiller la ville, redonner l’envie de venir y flâner ou y faire ses courses, sans la pression des voitures et les problèmes de mobilité.

Il y a de l’ambition. Il était temps, diront certains. A quelques mois des élections communales, le collège avait sans doute aussi le souci de montrer qu’il ne s’est pas croisé les bras pendant cette législature. Place maintenant à la mise en œuvre !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK