Wavre : un enfant de 12 ans passe à travers le plafond d'une église

Wavre: un enfant de 12 ans passe à travers le plafond d'une église
2 images
Wavre: un enfant de 12 ans passe à travers le plafond d'une église - © Tous droits réservés

Plus de peur que de mal, dans l’église Saints Pierre-et-Marcellin, à Bierges (Wavre). Alors qu’un concert de Noël donné par une chorale d’Uccle battait son plein, un grand bruit a retenti dans l’église. Au plafond, une silhouette apparaît : celle d’un petit garçon de 12 ans. Il vient de passer à travers le plancher, et il est suspendu à six mètres du sol.

Un élan de solidarité

Mais que s’est-il passé ? La chorale venait de prendre une pause devant le public de 250 personnes. Le garçon et sa sœur se sont alors aventurés dans le clocher de l’église. En filmant une vidéo, ils ont ouvert une vieille porte en bois et ont marché sur le plancher. Tout à coup, le vieux bois a craqué et une plaque de plâtre s’est décrochée du plafond. En tombant par terre, elle n’a heureusement blessé personne. Le petit garçon, quant à lui, a pu se rattraper à une poutre. Grâce à la force de ses bras, il a pu rester suspendu durant de longues minutes, à six mètres du sol. Un élan de solidarité s’est alors mis en place dans l’église : pour lui venir en aide, les personnes présentes ont empilé leurs vestes sur le sol pour former une sorte de matelas. Certains sont allés chercher une échelle, mais elle était trop courte.

Finalement deux hommes qui connaissaient la charpente ont osé marcher sur les poutres et ont pu extirper le garçon. "Un homme que je ne connaissais pas a réussi à secourir mon fils en marchant sur la charpente en bois. Moi, j’étais paralysée, je pensais qu’à tout moment, sous mon poids, le plafond pouvait s’écrouler", témoigne la maman de l’enfant. Les policiers brabançons de la zone de Wavre se sont également rendus sur les lieux vers 17h15. "L’incident n’a occasionné aucune blessure et les dégâts matériels devraient être pris en charge par l’assurance familiale des parents du garçon", précise un commissaire wavrien.

Un problème de sécurité ?

Aucun blessé donc, mais une très grosse frayeur et un bel élan d’entraide. La mère du garçon ne condamne pas une quelconque vétusté de l’église. Selon elle, les enfants se seraient aventurés dans cette partie de l’église parce qu’ils souhaitaient l’explorer, et qu’ils étaient suffisamment grands pour ouvrir le verrou. Même constat pour la Ville de Wavre, que nous avons contactée : "Nous avons envoyé une experte sur place. Le problème ne vient pas de l’infrastructure, mais bien du fait que l’accès au toit est trop facile. C’est pourquoi, dans toutes les églises dont la Ville est propriétaire, nous allons renforcer les verrous et installer des panneaux d’interdiction, pour que ce genre d’incident ne se reproduise plus", conclut Sophie Chavée, responsable communication.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK