Wavre, première ville wallonne à développer un réseau de Points Mob avec Taxistop

Wavre est la première ville wallonne à développer les "Points Mob".

Il s’agit d’emplacements conçus pour favoriser le transport multimodal. Par exemple, pour pouvoir passer facilement du train au vélo, au bus ou à la voiture partagée.

Dans ce projet appelé à se développer progressivement dans les prochains mois, Wavre collabore avec Taxistop et d’autres partenaires dont les transports en commun.

Le défi de la mobilité

Confrontée à un important défi de mobilité, Wavre est la première entité wallonne à avoir manifesté son intérêt pour ce concept porté notamment par l’asbl Taxistop. "Chez nous, le projet a débuté en Flandre en septembre 2017 avec une collaboration entre Taxistop et une société de partage de véhicules", explique Alice Burton, responsable des projets à l’asbl Taxistop. "Le concept s’inscrit dans le cadre du projet européen Interreg Share-North e-Hubs. Il prévoit notamment un réseau de transports électriques partagés. En Belgique, les premiers points ont été aménagés en 2018 à Deinze et à Schoten. D’autres communes y travaillent déjà. La capitale aussi. Mais en Wallonie, Wavre est pionnière".

"Nous avons d’importants défis à relever à Wavre, ville qui offre beaucoup d’emplois et d’entreprises, mais qui compte aussi de nombreux écoliers (qui arrivent en voiture avec leurs parents), ainsi que des problèmes de mobilité liés à huit passages à niveau", explique Paul Brasseur, échevin de la mobilité. Nous travaillons à divers projets pour relever le défi d’une meilleure mobilité et de déplacements plus doux. D’où notre intérêt pour ce projet. Nous devons encore arrêter les sites potentiels pour ces Points Mob. Mais il serait évidemment logique de commencer par la gare SNCB, d’autant qu’une nouvelle gare de bus va être aménagée dans cette zone aussi". Parmi les autres sites possibles : celui de La Sucrerie et du zoning nord. Mais rien n’est encore certain !

Intermodalité

"Véritable nœud multimodal, le Point Mob est un emplacement où l’on retrouve plusieurs types de mobilités publiques et partagées", explique Alice Burton. "On passe d’un mode de transport (doux ou collectif) à l’autre, très facilement. A terme, on pourra même se passer de la voiture privée. J’arrive en train, je me rends au Point Mob, j’y prends mon casque vélo déposé dans un casier sécurisé, puis je poursuis mon trajet un peu plus loin en prenant un bus, par exemple". Le Point Mob est très visible et comporte généralement une borne d’informations pratiques, parfois avec écran digital.

Convivialité

Le concept propose aussi des services, comme des casiers fermés pour cyclistes, des bancs, des petits commerces de proximité, des espaces verts, parfois aussi des bornes de recharge pour véhicules électriques. "C’est un espace qui se veut convivial et que nous aménageons notamment en fonction des besoins", poursuit l’asbl. "La réalisation de ces espaces se concrétise en concertation avec les autorités locales, les riverains, les partenaires,…" 

 

Louvain-la-Neuve puis d’autres villes

Après Wavre, ce sera au tour de la cité universitaire de Louvain-la-Neuve de développer son réseau de Points Mob. "Mais d’autres villes wallonnes suivront", souligne Philippe Henry, ministre wallon de la mobilité. "Nous voulons développer un réseau structuré pour soutenir d’autres types de déplacement que la voiture personnelle. Nous investissons dans d'autres formes de mobilité". Les Points Mobs sont d’ailleurs repris dans la Stratégie Régionale de Mobilité pour atteindre les objectifs de la "Vision Fast", un vaste projet d’amélioration de la mobilité à l’horizon 2030, avec le souci d’une réduction de l’émission des gaz à effet de serre. Initié il y a quelques années, le réseau Points Mob se développe avec succès à l’échelon européen.



 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK