Wavre : le concept d'e-commerce local "La ruche qui dit oui !" compte déjà 700 membres

C’est un concept né en France en 2011, mais qui se propage aujourd’hui en Europe : "La ruche qui dit oui !", un outil web qui permet au plus grand nombre d’accéder à une alimentation locale. Une ruche vient d’ouvrir à Wavre..et elle compte déjà plus de 700 membres.

Comment ça marche ?

"Le concept, c’est de mettre en avant les producteurs locaux, l’artisanat", explique Anne-Françoise Bodart, responsable du projet à Wavre. "Boucherie, fromagerie, boulangerie, fruits et légumes… Tout est le bienvenu du moment que c’est circuit court, artisanal. Une fois qu’on devient membre, on peut passer commande, puis le lundi à minuit la vente se clôture, les producteurs préparent votre panier. Puis vous venez le chercher le mercredi à Wavre, à la ruche, parfois en présence des producteurs".

Un concept qui fait écho au métier d’Anne-Françoise : la kinésithérapie. "Je trouve que c’était une continuité professionnelle, au niveau de la santé, du bien être, du bien manger. Etre en bonne santé, c’est d'abord une bonne assiette et des produits qualitatifs."

2 images
Anne-Françoise Bodart, responsable du projet à Wavre:"Boucherie, fromagerie, boulangerie, fruits et légumes…tout est le bienvenu du moment que c'est circuit court, artisanal." © Tous droits réservés

L’avis des producteurs

Pour l’instant, le projet rassemble une petite quarantaine de producteurs locaux. Parmi eux, Lionelle Francart. Elle prépare des soupes maison, et a décidé de rejoindre la ruche pour plusieurs raisons : " C’est l’occasion de toucher des nouveaux clients et rencontrer d’autres producteurs. Puis, il y a aussi tout cet enthousiasme qui entoure la ruche..Quand on vient vous trouver et qu’on vous dit qu’on aime bien votre produit et votre concept, ça donne envie de participer !"

Un enthousiasme partagé par Marie Zagaglia, artisane chocolatière : " C’est un bon moyen de me faire connaître et de faire connaître les autres producteurs locaux, donc je trouve que c’est une belle initiative. Je reçois mes commandes par mail le lundi soir, et puis la responsable de la ruche vient les chercher pour les amener sur place. Pour l’instant, au niveau des commandes, ça commence doucement, mais ce n’est que le début."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK