Watermael: commune et associations s'affrontent autour du terrain de rugby synthétique

Cela fait déjà plusieurs années que le club de rugby de Watermael-Boitsfort attend son deuxième terrain.
Cela fait déjà plusieurs années que le club de rugby de Watermael-Boitsfort attend son deuxième terrain. - © Flickr - Dani Teston

C'est l'escalade, à Watermael-Boitsfort, entre les associations naturalistes et le pouvoir politique. Les associations contestent la construction d'un terrain de rugby synthétique sur le plateau de la Foresterie. Le collège défend un projet utile à la collectivité et mûrement réfléchi. Les défenseurs de la nature ont introduit plusieurs procédures juridiques.

Les naturalistes ont perdu la première manche. Le Conseil d'Etat a rejeté leur recours en suspension contre le permis d'urbanisme pour le terrain synthétique.

La procédure suit son cours en annulation, cette fois. Mais la commune de Watermael-Boitsfort a perdu la seconde manche. Elle voulait entamer les travaux de construction du terrain dès ce lundi. Les naturalistes ont introduit une requête unilatérale devant le tribunal de première instance pour empêcher le début des travaux. Et ils ont gagné. "Nous avons l’impression que la commune de Watermael-Boitsfort veut faire un passage en force, pour imposer ce projet qui est contesté à différents niveaux, déclare Mario Ninanne (porte-parole des trois associations). D’autre part, il y a une procédure de demande de classement, sur laquelle le gouvernement bruxellois ne s’est pas encore prononcé. Et nous attendons son avis également."

Du côté de la commune, on défend le projet, par ailleurs approuvé par la Région. Et on ne veut plus attendre pour entamer le chantier. "On souhaite commencer les travaux car cela fait déjà plusieurs années que le club de rugby attend son deuxième terrain, explique Tristan Roberti (bourgmestre faisant fonction). Nous avons obtenu un permis d’urbanisme après une assez longue procédure, un permis qui est tout à fait valable et exécutoire. Nous n’avons pas de raison d’attendre plus longtemps ce permis."

Les naturalistes sortent donc le grand jeu : ils ont déposé une plainte judiciaire pour non-respect du permis d'urbanisme de 2008, qui risque de priver le club de rugby de l'usage de son terrain.

Et enfin, les associations ont lancé une action en cessation environnementale pour arrêter les travaux, au cas où la commune obtiendrait la levée de la première interdiction. Les travaux – justement – devaient débuter lundi, en lisière de la forêt de Soignies. Ils sont reportés.

Philippe Carlot

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK