Waterloo prépare les jeunes qui veulent travailler ou apprendre à l'étranger

Elodie a assouvi sa soif de mobilité internationale sur le chemin du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, l'été dernier. Un périple à pied et en solitaire entre Braine-l'Alleud et l'Espagne. Une centaine de jours pendant lesquels les rencontres humaines ont changé la vie de la jeune femme de 28 ans.
2 images
Elodie a assouvi sa soif de mobilité internationale sur le chemin du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, l'été dernier. Un périple à pied et en solitaire entre Braine-l'Alleud et l'Espagne. Une centaine de jours pendant lesquels les rencontres humaines ont changé la vie de la jeune femme de 28 ans. - © Elodie Heymans

"Hello World!" C'est le nom de la 3ème édition de la Semaine de la Mobilité internationale des jeunes, organisée du 19 au 24 février (inclus), à Waterloo. Une semaine de partage d'expériences et de rencontres informatives qui se clôturera le 24 février par le 7ème Salon de la Mobilité internationale, à la maison communale de Waterloo.

Effectuer un séjour linguistique à l'étranger, étudier dans un autre pays, partir au pair, faire du volontariat dans une ONG (Organisation non gouvernementale), suivre un programme vacances-travail,... les possibilités de mobilité internationale sont nombreuses pour les jeunes adultes. Mais elles ne s'improvisent pas. D'où l'intérêt de l'initiative waterlootoise, ouverte à tous.

Mes chers parents je pars  

Ils sont de plus en plus nombreux à vouloir bouger à l'étranger. Le plus souvent, à la fin de leur cursus secondaire. "L'an dernier, près de 13% des demandes adressées à notre Centre se rapportaient à la mobilité internationale", explique Célinie Leman, Présidente de l'asbl Infor Jeunes Waterloo. "Les possibilités sont multiples. La diversité des programmes et la pléthore d'organismes actifs dans ce secteur mettent les jeunes devant des choix parfois cornéliens. D'où l'importance de bien informer les jeunes et de les aider à se préparer au mieux." 

"Ce type d'expérience à l'étranger n'est pas seulement utile sur un CV", explique Marc Griffon, coordinateur d'Infor Jeunes Waterloo. "Cela participe aussi au développement d'une citoyenneté responsable et tolérante. C'est une concrétisation du Vivre Ensemble. Il est donc important que les candidats au départ puissent prendre une décision en toute connaissance de cause". 

Des rencontres et un salon

Pour préparer un séjour à l'étranger, que ce soit pour 6 ou 12 mois voire plus, il est donc vivement conseillé de penser à tout. Rencontrer des professionnels du secteur, partager les expériences et récolter des informations pratiques (assurances, maintien des droits sociaux, bourses,...): autant de moyens utiles proposés pendant cette Semaine de la mobilité internationale, soutenue par la commune de Waterloo, la Fédération Wallonie-Bruxelles et diverses associations dont la Maison des Jeunes de Waterloo.

Concrètement, 4 séances informatives et de partage d'expériences (de jeune à jeune) sont prévues les 19, 20, 21 et 22 février dès 17h30 à la Maison des Jeunes. Au programme, notamment: le volontariat, le permis vacances-travail, les séjours linguistiques et les études à l'étranger et le travail au pair. 

Le Salon de la Mobilité internationale bouclera l'opération le 24 février de 14h à 17h30, à la maison communale de Waterloo. Les candidats au départ pourront y trouver de la documentation et y rencontrer les représentants d'une vingtaine d'organismes spécialisés. 

Parmi les nouveautés, cette année: des programmes pour les plus jeunes, comme des stages de langues (en Belgique, dès l'âge de 3 ans; et à l'étranger, dès l'âge de 8 ans). Le service Langues étrangères du Forem sera également présent. L'information ne se limitera pas aux traditionnelles brochures. Elle s'étend désormais à un magazine ("Hello World - Le Mag") et à des réseaux sociaux.

Le témoignage d'Elodie

Archéologue de formation, Elodie Heymans a décidé de faire un break dans sa vie, l'an dernier. A 28 ans, cette habitante de Braine-l'Alleud a démissionné de son poste d'animatrice culturelle. Objectif: prendre du recul sur sa vie, faire une expérience inédite et quitter la Belgique grâce à ses économies et avec le blanc-seing de ses proches. "Je suis partie seule, à pied, sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle (lieu de pèlerinage, en Espagne) pendant une centaine de jours", explique l'aventurière. "Je ne suis pas partie spécialement pour des raisons religieuses. Je voulais surtout quitter la routine quotidienne, faire une expérience dont j'avais envie depuis longtemps, marcher et aller à la rencontre de personnes venues des 4 coins du monde. J'ai dû me débrouiller pour trouver des hébergements, pour manger. J'ai vu du pays. J'ai perfectionné mon anglais et mon espagnol. J'ai pris confiance en moi. Mais j'ai surtout fait des rencontres humaines très enrichissantes", souligne la jeune femme, ravie de cette expérience de plus de 2.000 km. Tellement ravie qu'elle vient de reprendre son sac à dos. Direction: plusieurs pays européens, pour y retrouver des amis rencontrés lors de son périple espagnol. 

Pour les informations pratiques sur la Semaine de la mobilité internationale des jeunes: le site https://yotm.ij1410.be ou Infor Jeunes Waterloo (02/354.33.92).     

 

      

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK