Waterloo: les vélos Mountain Bike menacent des hêtres et des promeneurs

Les racines des hêtres sont abîmées par les passages répétés des adeptes du Mountain Bike, dans ce bosquet de Waterloo.
2 images
Les racines des hêtres sont abîmées par les passages répétés des adeptes du Mountain Bike, dans ce bosquet de Waterloo. - © Rtbf

La pratique du Mountain Bike, le vélo tout-terrain, occasionne parfois des dégâts à l'environnement.
C'est le cas dans un bois situé en bordure de la forêt de Soignes, à Waterloo. Les racines des arbres sont abîmées. Et plusieurs hêtres sont menacés. Avec un risque de chute sur les promeneurs.

Des racines déracinées

"Le passage répété de ces vélos Mountain Bike endommage les racines des hêtres", explique Yvan Thienpont, du Département de la Nature et des Forêts. "Le tassement du sol perturbe les micro-organismes indispensables au bon fonctionnement de l'écosystème forestier. Ce double impact nuit au biotope et peut menacer certains arbres". Conséquence: des branches, voire des arbres entiers, peuvent tomber. Avec le risque que cela suppose pour les sportifs et autres promeneurs.  

Les buttes de Waterloo

La commune de Waterloo s'apprête à racheter cette parcelle privée truffée de bosses et de buttes. Et pour elle, il va falloir prendre des mesures pour protéger et sécuriser le site. "Nous allons préserver ce bois qui constitue un écran vert et sonore le long de la chaussée de Tervuren", explique la bourgmestre, Florence Reuter. "Mais nous devrons sécuriser le site. Pour la santé des arbres et pour les promeneurs. S'il y a une véritable demande pour pratiquer le Mountain Bike, nous envisagerons l'aménagement d'un terrain spécifique à cette pratique sportive, sans danger pour la nature". 

Terrains de jeu et d'entente 

Pour les adeptes du vélo-cross, il faut relativiser. Selon Michel Swolfs, de l'asbl Waterloo Sports, "il peut effectivement y avoir des racines endommagées. Mais la pratique du Mountain Bike dans ce bois n'est pas neuve. Je faisais moi-même du vélo-cross à cet endroit il y a 50 ans. Et les arbres sont toujours là. Je pense que la pollution des voitures du ring et de la chaussée de Tervuren sont bien plus néfastes pour les arbres que ces vélos. Et je pense qu'il faut laisser aux jeunes des aires de détente et des terrains d'aventure. J'espère donc qu'on trouvera un terrain d'entente pour satisfaire les jeunes et les défenseurs de la nature".   
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK