Waremme: un tiers des minimexés sont des exclus du chômage

Waremme: un tiers des minimexés sont des exclus du chômage
2 images
Waremme: un tiers des minimexés sont des exclus du chômage - © Google Maps

En 3 ans, le nombre de minimexés a pratiquement doublé à Waremme. Ils étaient 99 en 2014. Ils seront environ 200 fin de cette année. C'est le constat fait cette semaine par le président socialiste du Cpas, Luc Vandormael, devant son conseil communal. En cause, la pauvreté sans doute...  Mais pas seulement.

Des jeunes de plus de 25 ans en fin d'études, des chômeurs en fin de droit 

D'après les chiffres récoltés à Waremme, plusieurs décisions politiques prises en matière d'exclusion du chômage contribuent à cette forte augmentation de bénéficiaires du Cpas. "On constate une première grosse augmentation en 2015 là où le gouvernement Di Rupo décide de la fin de droit à l'allocation d'insertion fixée après trois ans. Il y a une deuxième augmentation significative lorsque quand le gouvernement Michel décide du non accès au chômage pour les jeunes qui sortent de l'école à partir de 25 ans. On nous avait dit ce serait un "one shot" en 2015. Pas du tout!"

"Après le Cpas, il n'y a plus rien..."    

Depuis 3 ans, c'est chaque année que des chômeurs sanctionnés par l'Onem ou en en fin de droit, arrivent au Cpas de Waremme: "sur 416 demandes enregistrées, on a 139 personnes qui sont concernées par ces diverses mesures de politique du chômage. Donc, c'est un tiers."  Et de rappeler que le Cpas reste le dernier filet de sécurité face à la pauvreté: "il y a le transfert d'une logique d'activation du chômage en disant donc que si vous ne le faites pas, vous serez exclus, vous irez au Cpas. Au Cpas, on ne peut pas dire ça, il n'y a rien après." 

4 minimexés sur 10 remis au travail à Waremme... Une politique remise en cause

Enfin, le président de la fédération des Cpas wallons rappelle: "Au départ, on nous dit qu''il faut activer davantage les gens. Et les Cpas, contrairement à l'idée répandue, le font énormément: 25000 remises au travail en Belgique, 10000 en Wallonie, 40% des bénéficiaires à Waremme." et de pointer un paradoxe: la forte augmentation du nombre de minimexés va diminuer les moyens financiers des Cpas en matière de réinsertion, une politique de remise au travail pourtant prônée par le gouvernement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK