Wanze: un code couleur dans la cour de récré pour éviter les conflits

Wanze: un code couleur dans la cour de récré pour éviter les conflits
3 images
Wanze: un code couleur dans la cour de récré pour éviter les conflits - © Tous droits réservés

Diminuer les conflits entre élèves, à l'école, c'est possible. Depuis une semaine, l'école communale de Wanze applique un concept basé sur un "code couleur" qui divise la cour de récréation en différentes zones d'activités et de jeux. Un concept qui a aussi pour objectif de prévenir le harcèlement en milieu scolaire.

Pendant la récréation, Lucas, sept ans, aime jouer dans la zone jaune. "C’est l’endroit où on peut jouer à la pétanque et au domino. On peut aussi lire et dessiner".

La cours est ainsi divisée en quatre couleurs. Dominique Guisse, directrice de l'école communale de Wanze. "Il y a une zone rouge où on peut jouer au basket et au foot. Dans cette zone-là, on peut courir. Dans la zone verte on peut courir mais on ne peut pas jouer au ballon". Et enfin la zone bleue qui comporte des jeux tracés sur le sol comme par exemple, le jeu de la marelle.

A l'origine de ce concept, qui concerne aussi le secondaire, le psycho-pédagogue Bruno Humbeek qui, il y a cinq ans, s'est attelé à un important projet. "C’est la prévention des violences visibles et invisibles, scolaires et périscolaires parce qu’on touche aussi au cyberharcèlement. Le but du jeu c’est de rendre aux enseignants la maitrise de leurs espaces et des groupes dont ils doivent gérer le vécu. Si je vous dis que votre enfant est en train de souffrir dans un espace, vous allez essayer de pénétrer cet espace d’une manière ou d’une autre. Or la place des parents n’est pas dans l’école. C’est pour ça qu’il est impératif de donner aux écoles des moyens de répondre aux parents".

A Wanze, Nathan, onze ans, joue dans la zone rouge. "Il y a un timing pour les sixièmes, les cinquièmes et les quatrièmes. Il y a un timing différent pour les premières, deuxièmes et troisièmes et c’est vrai qu’il y a moins de bagarres".

A ce jour, 160 écoles de la Fédération Wallonie Bruxelles se refèrent à ce concept.

Bénédicte Alié

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK