Wanze: les pêcheurs montent leurs mouches artificielles

Jacques Caminelle, 79 ans, à gauche sur la photo (RTBF - M. Mélon), dirige l'atelier réservé aux débutants. Arthur Dockier, 9 ans, est un jeune pêcheur assidu.
3 images
Jacques Caminelle, 79 ans, à gauche sur la photo (RTBF - M. Mélon), dirige l'atelier réservé aux débutants. Arthur Dockier, 9 ans, est un jeune pêcheur assidu. - © Tous droits réservés

Le club de pêche "Mehaigne Mouche" a été créé en 1991. Parmi les activités qu'il propose à ses membres, il y a le montage des mouches artificielles. Quinze séances sont organisées à Wanze. L'occasion de découvrir une partie de l'univers des pêcheurs à la mouche. Entretien avec Jo Depaye, président du club de pêche "Mehaigne Mouche".

- Le club " Mehaigne Mouche " a été créé en septembre 1991. Avec quelles ambitions, dans quel état d’esprit ?

"Le but était et reste la promotion de la pêche à la mouche par l'organisation de cours complets: apprentissage du lancer, montage des mouches, sorties en rivière et sur plans d'eau".

- Aujourd’hui, près de 25 ans après la création, quelle sont les activités du club ?

"Les cours complets de pêche à la mouche, les sorties en groupe, la diffusion d'une revue trimestrielle pour les membres, un souper annuel et une bourse internationale de matériel de pêche d'occasion. Elle se déroulera samedi prochain et réunira des vendeurs de France, d'Allemagne, des Pays-Bas, de Suisse, d'Angleterre, de Luxembourg et de Belgique".

- Vous profitez de l’hiver pour proposer à vos membres des séances de montage de mouches artificielles. Il faut sans doute beaucoup de patience et du doigté pour la confection des mouches ?

"Oui, mais cette patience et le doigté s'acquièrent au fil des ateliers de montage. L'apprentissage est très progressif: on débute toujours par une mouche simple et de belle dimension (sur un gros hameçon)".

- De quel matériel avez-vous besoin ?

"Au minimum: un étau, un porte-bobine, du fil genre fil à coudre, une paire de ciseaux, une pince à hackle (pour tenir la plume et la tourner autour de l'hameçon), des poils, des plumes...".

- Dans la boîte du pêcheur, on peut voir une bonne dizaine de mouches. Cela signifie que le pêcheur doit choisir sa mouche en fonction de certains paramètres ?

"Des mouches différentes et de tailles différentes, en plusieurs exemplaires. La mouche est choisie en fonction de la saison et des éclosions, du moment de la journée, mais aussi de la rivière (certaines mouches se rencontrent sur certaines rivière et par sur d'autres)".

- Quels qualités faut-il avoir pour être un bon pêcheur à la mouche ?

"La patience, ne fut-ce que pour l'apprentissage, l'attention (déceler les gobages), la discrétion dans les déplacements, un minimum de forme physique (la pêche à la mouche est exigeante: déplacement dans l'eau, dans les courants). Et puis, surtout, être passionné".

- C’est un sport qui coûte cher ?

"Matériel minimum pour pêcher (canne, moulinet, soie): à partir d'une centaine d'euros. Cuissardes si l'on veut pêcher dans l'eau: à partir de plusieurs dizaines d'euros. Les mouches: de 1 à plusieurs euros achetées; 5 fois moins en les montant soi-même".

- Quand allez-vous pouvoir remettre les cannes à l’eau ?

"A l'ouverture de la pêche à la truite, le troisième samedi de mars, trente minutes avant le lever du soleil !".

 

Propos recueillis par Marc Mélon

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK