Wandre: 157 plaques en bronze volées au cimetière militaire, 125 000 euros de préjudice

Le 7 novembre, une manifestation commémorative sera organisée au cimetière de Rabosée.
3 images
Le 7 novembre, une manifestation commémorative sera organisée au cimetière de Rabosée. - © RTBF (M. Mélon)

125 000 euros. C'est le montant considérable du préjudice lié au vol de plaques commémoratives au cimetière militaire de Rabosée, sur les hauteurs de Wandre. Un chiffre que nous a révélé la Défense.

La fabrication de chacune d'entre elles coûte en effet 400 euros. Il y a quelques jours, on y a volé 157 plaques en bronze garnissant les tombes de soldats morts durant la première guerre mondiale. La quarantaine de plaques à avoir échappé aux trafiquants de métaux ont été mises à l'abri par l'armée, mais elles sont détériorées.

C'est donc dans ce cimetière totalement dépouillé que se dérouleront ce vendredi les commémorations des combats de Rabosée. Dans un cimetière avec actuellement 213 stèles sans noms.

Même si ce cimetière militaire appartient à la Défense, la Ville de Liège a porté plainte, comme elle le fait désormais systématiquement en cas de vols ou d'acte de vandalisme. L'échevine liégeoise en charge des sépultures Julie Fernandez Fernandez connait très bien cet endroit. Et elle estime que toute la publicité faite autour des commémorations a peut-être eu un effet pervers: "Les commémorations 14-18 qui viennent d'avoir lieu et qui vont encore avoir lieu pendant quelques mois ont mis en lumière tout un patrimoine qui était souvent méconnu du grand public, mais ça l'a aussi fait connaitre de personnes avec des intentions moins louables que celles qui veulent simplement faire leur devoir de mémoire". L'échevine y voit donc clairement un lien de cause à effet: "Ici, au cimetière de Rabosée, il n'y a jamais eu de vol ni de grosse dégradation. On a bien parfois retrouvé quelques canettes ou des choses comme cela, mais là, un vol de cet ampleur, on ne l'avait jamais connu, et je pense que c'est la mise en lumière du cimetière qui a évidemment attisé certaines convoitises".

Impossible évidemment de sécuriser totalement de tels lieux ouverts au public. Seule parade, la Ville met désormais à l'abri ses monuments les plus remarquables, qui ne sont sortis des réserves que lors des commémorations: c'est le cas par exemple de la Marianne en bronze du cimetière de Bressoux. Des voleurs avaient d'ailleurs été surpris l'an dernier alors qu'ils essayaient de l'arracher de son socle.

Ce matin, le commandant militaire de la Province de Liège, le colonel Jean-Louis Crucifix a envoyé un courrier à différents bourgmestres de l'agglomération liégeoise. Il demande aux services de Police d'augmenter leur niveau de surveillance par rapport aux lieux de mémoire. La Défense a également déposé plainte à la police.

Marc Hildesheim et Marc Mélon

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK