Wallonie: le sac plastique, c'est fini au 1er décembre

Les sacs en plastique à usage unique vivent leurs dernières heures. Dès ce premier décembre, ils devront avoir disparu des grandes surfaces et autres marchés wallons. C'est le résultat d'une directive européenne imposant aux Etats membres la réduction des emballages légers. En fait, les sacs en plastique sont des emballages très fins et aussi très polluants. Ils seront progressivement remplacés par des matières bio dégradables.

Nous nous sommes donc rendus dans une enseigne de la région de Mons pour voir quels changements avaient été apportés pour répondre à l'application de cette directive. Au rayon "fruits et légumes" de la grande surface on a déjà pris les devants. On ne trouve donc plus de sacs en plastique à usage unique, mais juste des sachets en papier biodégradable. Pour le reste des courses, les sacs en plastiques faits à partir de maïs recyclé ou ceux qui sont réutilisables restent autorisés.

Des clients déjà prêts au changement

Une nouvelle réglementation plutôt bien accueillie par les clients interrogés. Des clients pour la plupart déjà sensibilisés au problème nous présentent leur solution à cette interdiction de sac : "J'ai toujours sur moi un sac en nylon donc avec ça pas de problème ". Pour une autre cliente : "Rien de tel que les sacs en tissu ! Chacun le sien, comme on faisait dans le temps !"

Mais si le message semble être bien passé en grandes surfaces, d'autres vont seulement devoir s'adapter. Sur les marchés notamment où l'usage du sac en plastique était devenu incontournable. Majdouline Sbahy, vendeuse au détail, nous l'explique : "Ca va être un changement énorme. Je sers tout dans des plastiques ! Je n'ai que ça ! Ca me fait carrément peur mais bon on va s'adapter ! Et c'est bon pour l'environnement, c'est le plus important !"

Des alternatives existent

Car rappelons que si les sacs désormais interdits mettent une seconde à être produits, pour une durée de vie moyenne de 20 minutes,  leur dégradation naturelle, elle, peut prendre jusqu'à 400 ans. Aujourd'hui les scientifiques se disent donc très satisfaits du changement, d'autant que les alternatives ne manquent pas. "Plusieurs alternatives existent dont ce sac en matière bio-dégradable issu de sources d'origines renouvelables comme la fécule de pomme de terre ou l'amidon de maïs. Ce sont des matériaux qui peuvent être mis en œuvre par des procédés utilisés habituellement pour faire des sacs plastiques traditionnels. Ce type de matériau se dégrade en quelques semaines voire quelques mois." nous explique Emmanuel Duquesne du centre de recherche Materia nova.

Mais si la disparition des sacs à usage unique est un pas dans la bonne direction, il reste, néanmoins, beaucoup d'efforts à accomplir dans le domaine. Sur la seule année 2015, la quantité de pollution lié aux matières plastiques était évaluée à plus de 9 millions de tonnes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK