Walhain et Ernage: un comité d'accompagnement pour les éoliennes

Six nouvelles éoliennes ont été construites fin 2016 à cheval sur Walhain et sur Ernage
Six nouvelles éoliennes ont été construites fin 2016 à cheval sur Walhain et sur Ernage - © Belga Image

Un parc éolien a récemment vu le jour à proximité de la Nationale 4, sur le territoire des villages de Walhain en Brabant wallon et Ernage (Gembloux) en province de Namur. Ce projet a longtemps été au cœur d’un conflit juridique entre le promoteur et la commune de Walhain, mais les différends ont été mis de côté l’an dernier. Les feux sont passés au vert et les six éoliennes sont sorties de terre fin 2016, elles entreront bientôt en service.

La concrétisation du projet a notamment été rendue possible par la mise en place d’un comité d’accompagnement, composé des communes concernées, de riverains, du promoteur et d’une société coopérative. Une première en Wallonie.

"Puisque nous avons eu plusieurs années de conflit avec le promoteur, nous voulions avoir des garanties que ce qui était dans le permis et ce qui était promis par le promoteur serait bien effectif sur le terrain, explique Jean-Marie Gillet, l’échevin en charge de l’environnement à Walhain. Et donc une manière de le faire a été de créer ce comité qui peut se réunir rapidement pour dire ce qui ne va pas et trouver des solutions".

Bruit, ombre et lumière

Durant la phase de construction des éoliennes, le comité a veillé à ce que les nuisances occasionnées par le chantier ne soient pas trop importantes. Pendant la phase d’exploitation qui commencera prochainement, le comité sera attentif aux problèmes éventuels que les éoliennes pourraient causer: bruit, ombres portées et flashs nocturnes essentiellement.

"Nous avons des outils pour vérifier que les normes sont bien respectées, rassure l’échevin. Et si elles ne sont pas respectées, les éoliennes seront arrêtées temporairement". Un exemple concret ? "Lorsque l’effet stroboscopique dure trop longtemps, l’idée est d’arrêter l’éolienne durant la période où le soleil est rasant vers une habitation en particulier".

Pascal Jaspart, Walhinois de souche, ne voulait pas des éoliennes. Aujourd’hui, il en voit quatre depuis sa maison. "Il faut bien vivre avec", dit-il. Lorsqu’il a appris la mise en place du comité d’accompagnement, il s’est porté candidat pour s’assurer que les éoliennes seraient bien gérées. "Ce que je redoute le plus, c’est le flash des éoliennes pendant la nuit. Mais le promoteur nous a déjà dit qu’il allait se renseigner pour trouver une solution technique, nous attendons".

La solution arrivera peut-être bientôt, le comité d’accompagnement se réunira pour la deuxième fois ce mercredi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK