Vous avez envie de devenir acteur du développement de votre commune ?

Ce qui suit va vous intéresser alors… Les CCATM recherchent en effet de nouveau membres.

Les CCATM, c'est quoi ? Ce sont les Commissions consultatives d'Aménagement du Territoire et de Mobilité.

Un peu abstrait tout cela, et pourtant, ces petits groupes, composé en grande majorité de simples citoyens, sont appelés à donner leur avis sur des dossiers bien concrets, dans nos villes et villages. Des projets comme un nouveau lotissement, une révision du plan communal de mobilité ou encore un réaménagement du centre-ville...

Le rôle de la CCATM sera de les examiner, d'en analyser les différentes implications en termes de paysage, de mobilité, de nuisances éventuelles... La commission remettra ensuite ses conclusions au collège communal. Il s'agit d'un avis consultatif, qui n'est donc pas contraignant. Mais si le collège venait toutefois à s'écarter de cet avis, il devrait motiver sa décision de manière précise.

Toutes les communes doivent-elles avoir une CCATM ?

Non, ce n'est pas obligatoire car il existe d'autres outils, comme l'enquête publique, pour faire entendre la voix des citoyens. Mais dans certains cas, le passage par la CCATM permet d'accélérer les procédures.

Au cours de la dernière législature, 219 des 262 communes wallonnes en ont mis une en place. Les choses sont en train de changer. Ainsi, la ville de Wavre par exemple, qui n'en avait pas jusqu'ici, l'a inscrite dans sa dernière déclaration de politique générale.

Qui peut en faire partie ?

Les membres sont en majeure partie des citoyens. Seul un membre sur quatre peut être un élu du conseil communal.

Il ne faut pas être spécialiste des questions d'Aménagement du Territoire pour autant. Il faut juste avoir envie de s'impliquer à raison de quatre à huit réunions par an.

Il faut aussi qu'un certain équilibre géographique et socio-économique soit respecté, afin de représenter le panel le plus large possible de la population de la commune. Mais ça, ce n'est pas toujours simple. Il faut parfois relancer l'appel à candidature. D'autant qu'une contrainte supplémentaire s'est encore rajoutée cette fois-ci : les nouvelles CCATM devront compter autant de femmes que d'hommes.

Précisons qu'il faut en principe que la CCATM soit constituée dans les trois mois qui suivent l'installation du nouveau conseil communal. Une fois l'appel à candidature publié, c'est le cas ces jours-ci dans la plupart des communes, les candidats ont un mois pour se manifester.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK