Vottem : grève de la faim au centre fermé

la tension est palpable au centre fermé pour étrangers illégaux
la tension est palpable au centre fermé pour étrangers illégaux - © rtbf

Au centre fermé pour étrangers de Vottem, c’est l’inquiétude. Les personnes détenues en attente de leur expulsion du territoire craignent l’épidémie de coronavirus. Une tentative d’évasion a déjà eu lieu. D’autres, désespérés, ont voulu mettre fin à leurs jours. La tension est palpable.

Le CRACPE, le collectif de résistance aux centres fermés, relaye cette détresse.

"Beaucoup ne comprennent pas ce qu’il se passe, ils sont confinés "collectivement" puisqu’ils sont dans un centre fermé et donc ils ont très peur à cause de la promiscuité. En plus, les visites de leur famille, de leurs amis dont beaucoup sont malgré tout ici en Belgique sont dorénavant interdites. Donc ils ont décidé d’entamer une grève de la faim parce que pour eux, il n’y a qu’une seule solution possible, c’est d’obtenir leur libération et ce d autant plus que pour le moment toutes les possibilités d expulsion sont bloquées", explique France Arets du CRACPE.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK