Vol de la recette communale de Molenbeek: Mohamed Abdeslam est maintenu en détention

La chambre du conseil de Bruxelles a décidé ce mercredi du maintien en détention de Mohammed Abdeslam et de son coinculpé. Le frère de Salah Abdeslam avait été arrêté le 22 février dans le cadre de l'enquête sur le vol, le 23 janvier, de 68.000 euros transportés par des fonctionnaires de la commune de Molenbeek-Saint-Jean

L'avocate de Mohamed Abdeslam, Nathalie Gallant, avait demandé la libération de son client : "La position de monsieur Abdeslam est très claire, il n'a absolument pas participé, ni directement ni indirectement, aux faits. Il conteste formellement avoir donné sciemment des informations qui auraient permis la préparation d'un braquage. La seule chose qu'il admet, tous comme d'autres employés de la commune, c'est peut-être il y a deux ou trois ans, avoir bavardé de manière inconsidérée. Mais ils sont plusieurs à l'avoir fait, et c'est lié à la manière dont les transports de fonds sont organisés au sein de la commune. C'est un vrai scandale puisque, en réalité, ces fonds sont transportés par les employés administratifs sans la moindre sécurité. Il y avait parfois jusqu'à 30 personnes qui étaient au courant du déplacement de ces fonds. Donc beaucoup de suspects. Et lorsqu'on s'appelle Mohamed Abdeslam on est présumé coupable au lieu d'être présumé innocent".

Un autre suspect poursuivi dans la même affaire réfute lui aussi toute participation. "Mohamed Abdeslam dit que mon client lui a avoué avoir perpétré le vol, mais c'est absolument faux", réagit Me Xavier Carrette. "Il n'a jamais travaillé pour la commune, ne disposait d'aucune information sur les transferts de fonds et n'a pas d'antécédent judiciaire. Sa voiture aurait été signalée à proximité des lieux, mais si quelqu'un a utilisé le véhicule sans qu'il le sache, cela ne peut être selon lui que Mohamed Abdeslam." La chambre du conseil a décidé qu'il devait resté détenu.

"Une proie facile pour des prédateurs"

L'employée communale chargée de transporter ce jour-là les recettes avait été agressée au couteau. Pour Bernard Tieleman, l'avocat de cette dernière, qui n'a pas été inculpée jusqu'ici, le mode de transport de fonds utilisé "est complètement aberrant. Et ce d'autant plus que ma cliente s'était plainte depuis plusieurs années en disant que c'était une responsabilité énorme pour elle, et qu'il fallait absolument envisager d'autres modes de transport que celui qu'elle effectuait. Quelques semaines avant, elle s'était encore plainte de la manière dont elle était obligée d'assurer ce transport et cette responsabilité énorme pour une jeune femme. Donc c'est absolument invraisemblable". Était-elle contrainte par la commune de faire ces transports de fonds? "Je n'oserais pas dire qu'elle était contrainte, ma cliente n'a jamais parlé d'un état de contrainte. En tous cas c'est un modus operandi qui durait depuis des années. Tout ce que je dis, c'est qu'en réalité cette jeune femme était une proie facile pour des prédateurs".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK