Voiture percutée par un train: ce n'est pas le premier accident du genre à Wavre…

L'accident de lundi a eu lieu sur le passage à niveau que traverse la chaussée de Bruxelles.
L'accident de lundi a eu lieu sur le passage à niveau que traverse la chaussée de Bruxelles. - © Google Maps

Lundi, un train a percuté une voiture arrêtée sur les voies à Wavre, peu après 18 heures. L'accident a eu lieu sur le passage à niveau de la chaussée de Bruxelles. Fort heureusement, personne n'a été blessé.

L'automobiliste a eu le temps de se mettre à l'abri voyant qu'elle ne parviendrait pas à sortir sa voiture du passage à niveau dont les barrières venaient de se fermer.

Le train omnibus qui arrivait de Louvain a freiné mais impossible pour lui d'éviter le choc. La voiture a été poussée sur plusieurs mètres, sinistre total.

L'accident a aussi occasionné des dégâts à l'infrastructure ferroviaire. La circulation des trains a été interrompue à cet endroit et des navettes de bus ont été mises en place. Mais tout est finalement rentré dans l'ordre dans le courant de la soirée.

Pas une première…

Fin août par exemple, un train de marchandises a touché une voiture qui traversait un passage à niveau alors que les barrières étaient fermées. Et puis, certains ont peut-être encore en mémoire le geste héroïque de cinq employés d'Infrabel qui avaient sauvé la vie de trois personnes restées bloquées sur le passage à niveau de Basse-Wavre en février 2017. Ce jour-là, le quartier était embouteillé et deux automobilistes s'étaient avancés sur le passage à niveau sans se rendre compte qu'ils ne pourraient en sortir une fois les barrières abaissées... Et c'est donc la rapidité et le courage des agents d'Infrabel qui avaient permis d'éviter le drame.

A l'époque, Infrabel avait rappelé les conseils de prudence : on ne s'engage pas sur un passage à niveau sans avoir la certitude de pouvoir en sortir... et qu'on soit piéton, cycliste ou automobiliste, on ne s'engage surtout pas sur un passage dont les barrières sont déjà fermées. Des conseils qui sont toujours valables aujourd'hui.

Que faire?

Au final, l’accident d'hier n’a donc fait que des dégâts matériels. Et une grosse frayeur pour l'automobiliste et le conducteur du train. Mais il remet en lumière la situation particulière de cette ligne ferroviaire qui traverse Wavre. Une succession de passage à niveaux qui provoquent souvent de gros embouteillages aux heures de pointe.

Que faire alors ? Faut-il supprimer ces passages à niveau ? Est-ce seulement envisageable ?

"Infrabel souhaite supprimer un maximum de passages à niveau, nous a répondu ce mardi matin Frédéric Sacré, le porte-parole d’Infrabel (le gestionnaire des infrastructures ferroviaires). On en supprime entre 15 et 20 chaque année. Maintenant, le cas de Wavre est très particulier puisque ces passages à niveau se retrouvent dans un environnement très urbanisé. Pour prévoir des alternatives (un pont ou un tunnel pour faire passer les voitures), cela nécessiterait de réaliser de très longues rampes d'accès. Et cela impacterait inévitablement le paysage urbain. Dans la majorité des cas, cela voudrait dire des expropriations, devoir raser des habitations. Ce dossier est à l'étude. Il est très important pour nous mais à ce stade-ci, aucune solution structurelle n'a pu être dégagée."

Enterrer la voie sur plusieurs centaines de mètres? Faisable?

Enterrer la voie serait effectivement une option, poursuit Frédéric Sacré. "Mais une option qui coûterait extrêmement cher ? En moyenne, nous consacrons 1,250 million d'euros à chaque suppression de passage à niveau. Enterrer la voie coûterait par contre plusieurs dizaines de millions d'euros en chantier, sans aucun doute."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK