Vivaqua, ses filiales et les rémunérations: Vervoort ira jusqu'à nommer un commissaire spécial

Rudi Vervoort veut la transparence.
Rudi Vervoort veut la transparence. - © OLIVIER VIN - BELGA

Le ministre-président bruxellois a annoncé ce vendredi en séance plénière du Parlement bruxellois qu'il ira "jusqu'à désigner un commissaire spécial" pour obtenir toutes les informations relatives à la transparence des rémunérations au sein de l'intercommunale Vivaqua et ses filiales. "J'irai jusqu'où là où la loi me l'autorise." Une déclaration qui fait suite au scandale Publifin/Nethys et une interpellation du député régional Ecolo Arnaud Pinxteren.

13 000 euros par an selon Ecolo

Ce dernier avait relevé le manque de transparence dans les rémunérations versées aux membres du conseil d'administration de la SA Savena (Mines de Pirytes de Vedrin), filiale de Vivaqua. Dans une interview à BX1, le député avait avancé le chiffre de 13.000 euros bruts par an versés à chaque administrateur, au nombre de cinq. Parmi eux, trois cadres de Vivaqua dont la directrice Christiane Franck et deux politiques: Yvan Mayeur, le bourgmestre de PS de la Ville de Bruxelles et président de Vivaqua et Oscar Dubru, élu MR à Anderlecht, administrateur délégué de Vivaqua. Le premier a déjà annoncé avoir renoncé à cette indemnité, son plafond de rémunérations ayant déjà été atteint.

"Des personnes s'arrogent des privilèges"

Toujours est-il que pour le député Ecolo, ces montants choquent pour une intercommunale. "C'est une pratique inquiétante", dénonce Arnaud Pinxteren qui rappelle la nature de l'activité de Vivaqua, la production d'un bien de première nécessité. "Car on voit que des personnes s'arrogent des privilèges" sans aucun contrôle, "à l'heure où on envisage d'augmenter le prix de l'eau" pour les Bruxellois.

En tous les cas, Rudi Vervoort a assuré qu'il demanderait la transparence "maximale pour permettre d'avancer dans le contrôle de ces structures, pour avancer dans la nouvelle gouvernance bruxelloise". Tout en rappelant qu'à Vivaqua, le question concerne principalement des membres du personnel.

Sur La Première, cette semaine, le ministre-président bruxellois avait déclaré qu'un scandale Publifin était impossible dans la capitale.

Rappelons que Vivaqua a créé récemment une autre filiale, Vivaqua Consult. A la création de cette filiale, Rudi Vervoort avait publiquement marqué son étonnement, n'ayant pas été informée de cette démarche.

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK