Visé, 1ère ville martyre, se souviendra de la Grande Guerre ce 4 août

Les gendarmes Auguste Bouko (51 ans) et Jean-Pierre Thill (30 ans)
Les gendarmes Auguste Bouko (51 ans) et Jean-Pierre Thill (30 ans) - © DR

Ce 4 août, Visé se souviendra et commémorera les événements qui y ont marqué la journée du 4 août 1914 et qui ont coûté la vie à deux gendarmes et à deux fantassins belges. Un cortège sillonnera les rues de Visé en fin d'après-midi et fleurira notamment les deux monuments érigés en leur honneur à proximité des endroits où ils sont tombés. Le 4 août 1914 s'ouvrait une "Quinzaine tragique" qui a fait de Visé la première ville martyre et au cours de laquelle 42 Visétois ont été tués par les envahisseurs. Après avoir brûlé l'église le 10, les Allemands incendieront la ville le 15, détruisant 574 maisons sur 840. Le lendemain, ils déporteront 631 de ses habitants, là aussi une première. Mais tout avait donc commencé le 4 août.

La ville de Visé fût le théâtre des premiers combats de la guerre. Jean-Pierre Lensen, conservateur du musée régional: "Les Allemands ont franchi la frontière à 8 heures, ils sont arrivés au pont de Visé vers midi, midi trente, ils ont rencontré une escouade de gendarmes qui ont résisté. Deux d'entre eux ont été tués".

Ils s'appelaient Auguste Bouko et Jean-Pierre Thill. Objectif des Allemands: le pont de Visé, mais l'armée belge l'a fait sauter la nuit précédente et elle a déployé un bataillon du 12ème de Ligne sur la rive opposée: "Il y a eu des tirs pendant plus de trois heures. Finalement, à 4 heures et demie, l'armée belge s'est retirée vers Herstal. Ça n'empêche que les Allemands n'ont pas su traverser puisque le Fort de Pontisse a tiraillé de façon très précise sur les soldats allemands qui ont eu plusieurs dizaines de tués ce jour-là".

Côté belge, l'armée a perdu ses deux premiers fantassins: Prosper van Gastel et Louis Joseph Maulus. Un détachement de "leur" régiment, le 12ème de Ligne, participera à la commémoration. Le colonel Jean-Louis Crucifix, commandant militaire de la province de Liège: "Pour la Défense, le devoir de mémoire est quelque chose d'important, un passage de témoin entre les anciennes générations et les nouvelles. D'un point de vue technique également, pour la Défense, l'étude du passé est importante. Nous voulons absolument en retirer les leçons pour améliorer ce que nous faisons aujourd'hui et pour pouvoir produire un monde plus sûr demain".

La Musique Royale de la Force Aérienne et une représentation fournie par l'Escorte Royale seront également présentes à Visé ce 4 août.

Martial Giot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK