Virton veut son élevage de visons

Virton veut son élevage de visons
Virton veut son élevage de visons - © Flickr-omarrun

En Gaume, le projet d'implantation d'un élevage de 18 000 visons à Bleid, près de Virton fait grand bruit. Il faut dire que ces animaux sont élevés pour leur peau et que l'exploitation des animaux pour leur fourrure est souvent décriée.

Gaia a déjà manifesté son opposition au projet d'implantation d'un élevage de visons pour la fourrure. Par ailleurs, la SRPA, la Société Royale Protectrice des Animaux d'Arlon a créé une page facebook contre le projet. Elle a déjà attiré plus de 4 000 adhérents en une semaine, et 7 000 personnes ont signé la pétition sur internet.

Jean-Philippe Marchal, l'agriculteur qui souhaite implanter son élevage explique ses motivations :

"Depuis plusieurs années je cherche une diversification, et je suis tombé sur un article qui parlait de l'élevage pour la fourrure. Ca m'a intéressé, avec l'avantage que ce ne soit pas alimentaire. Pas de crise de la vache folle, de la dioxine...

Ceux qui parlent de bien être animal n'ont jamais visité un élevage. Il y a une réglementation, c'est x cm par vison."

S'il existe déjà des élevages de visons en Flandre, on n'en compte aucun en Wallonie. Ce serait donc une première.
La demande de permis d'urbanisme vient d'être introduite auprès de la commune de Virton. Le collège prendra donc une décision dans les prochaines semaines, précise François Culot, le bourgmestre de Virton :

"On est très attentif à la protection de la chaîne du bien être animal. On peut imposer des conditions. Si cela ne se fait pas chez nous, ça se fera en Flandre ou ça se fera en Chine. Et si ça se fait en Chine, il n'y aura aucun contrôle et on vendra toujours autant de peaux de vison, qui se vendent surtout en Russie. Le Russe ne s'inquiète pas de savoir si l'animal a été bien traité. Chez nous il sera très bien traité."

Le bourgmestre ne semble donc pas opposé au projet car a priori ce n'est pas interdit en Belgique. La SRPA d'Arlon poursuit elle son combat contre :

"Nous allons faire une pétition au niveau national, pour essayer de faire passer la loi interdisant définitivement l'élevage des animaux à fourrure en Belgique."

Anne Lemaire, Christine Pinchart

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK