Vie féminine réclame plus de places d'accueil pour les personnes handicapées

Les manifestantes devant le siège de l'AWIPH à Charleroi
Les manifestantes devant le siège de l'AWIPH à Charleroi - © rtbf.be

La caravelle des droits des femmes, qui sillonne toute la Wallonie en ce moment, faisait un arrêt ce matin devant les bureaux de l'Awiph à Charleroi. Les responsables de "Vie Féminine", qui organisent cette caravelle, entendaient ainsi mettre la pression sur l'Agence Wallonne pour l’Intégration de la Personne Handicapée. Il n'y a en effet pas assez de maisons d'accueil de jour pour adultes handicapés.

Dans ce contexte, l'annonce de la possible fermeture prochaine de la maison "Au détour du possible", qui accueille 23 personnes handicapées à Kain, dans le Hainaut Occidental, est très mal vécue. Ce sont les mamans, notamment, qui manifestaient donc ce matin.

Les actions symboliques qui ont eu lieu devant le siège de l'Awiph ont été coordonnées par Hafida Bachir, la présidente de "Vie féminine". Elle entend ainsi rappeler la pauvreté des structures d'accueil pour les adultes handicapés alors qu'ils sont environ  73 000 en Belgique.

"Vie Féminine" et le GAMP, Groupe d'action qui dénonce le manque de places pour personnes handicapées de grande dépendance, réclament trois types de places : celles de jour et d'hébergement pour les personnes handicapées mais également celles dites de répit pour les proches des personnes handicapées.

Pour l'heure, selon les responsables de "Vie féminine", un moratoire existe au niveau de la Wallonie qui empêche de nouvelles places de se créer malgré des besoins importants.

Christine Borowiak, Daniel Barbieux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK