Victimes du réchauffement climatique, trois renards polaires s'installent aux Grottes de Han

Trois renards polaires ont élu domicile au Parc animalier de Han-sur-Lesse.
4 images
Trois renards polaires ont élu domicile au Parc animalier de Han-sur-Lesse. - © Tous droits réservés

Jackson, Tjarek, les deux mâles et Speedy la jeune femelles ont élu domicile au parc animalier des Grottes de Han. Nés le 10 mai 2018, les trois renards polaires arrivent du parc zoologique de Lille et sont acclimatés au parc de Han-sur-Lesse depuis septembre.

Ils ont découvert le nouveau lieu de vie situé sur la ballade pédestre dans une zone de sous-bois "pour qu'ils puissent profiter un maximum de la fraîcheur", selon Anthony Kolher, adjoint du Parc. Le renard polaire, considéré comme une "espèce ingénieure", comme le castor, modifie profondément son biotope et entraîne des conséquences sur son environnement direct qui vont permettre le développement d'autres espèces végétales et animales notamment par la construction de sa tanière mais aussi par la régulation des populations de lemmings ou campagnols, deux espèces à son menu.

Bien adaptés à nos latitudes

Bien qu'originaires des zones septentrionales, le renard polaire tolère assez facilement le climat belge, plus chaud que sa zone d'origine: "Dans le Nord aussi, il peut y avoir des alternances de période plus chaudes ou plus froides auxquelles certains animaux ont plus de mal à s'adapter, précise Anthony Kolher. Ce n'est pas le cas du renard polaire qui supporte bien les épisodes plus pluvieux par exemple. Il n'y a vraiment aucune contre-indication dans le cas de cette espèce et en plus, ils sont tous les trois nés à Lille donc même à ce niveau, il n'y a pas d'adaptation nécessaire vu la similitude des climats".

Encore une victime du changement climatique

Dans son milieu naturel, la nourriture ne manque pas et pourtant le renard polaire est lui aussi victime du changement climatique à cause de son cousin, le renard roux, dont le territoire s'étend au fur et à mesure de la montée des températures dans les contrées nordiques.

La disparition du loup, prédateur naturel du renard roux, explique aussi la concurrence toujours plus forte entre les deux cousins pour les proies et les diminutions de population de renards polaires en Scandinavie notamment. Le renard roux serait même un prédateur des jeunes renards polaires. L'espèce n'est pas encore menacée et fait l'objet d'une préoccupation mineure selon l'Union internationale pour la conservation de la nature mais un suivi attentif de l'évolution de ses populations est tout de même réalisé: "Il n'y a pas de projets de réintroduction mais cela n'empêche pas de faire un suivi génétique entre les différents parcs animaliers afin d'éviter toute consanguinité".

Le Parc Animalier du Domaine des Grottes de Han a réouvert ses portes depuis ce samedi 23 février.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK