Vers une grève inévitable à la Clinique Saint-Pierre d'Ottignies

La Clinique Saint-Pierre à Ottignies.
La Clinique Saint-Pierre à Ottignies. - © Google Street View

Les syndicats CNE et SETCa confirment mercredi qu'une action de grève sera menée le mardi 4 février à la Clinique Saint-Pierre d'Ottignies, à la suite des sept licenciements intervenus dans le service de médecine physique, revalidation et rhumatologie (MPRR), et de la volonté de la direction d'obliger les paramédicaux de ce service à devenir indépendant. Il s'agira d'un piquet de grève à l'entrée de l'établissement, et un service minimum sera assuré à l'intérieur.

"Le service minimum, cela veut dire que la clinique fonctionnera comme un dimanche. Mais si des gens veulent aller travailler, je ne pense pas que nous les en empêcheront. Malheureusement, cela fait depuis le mois de septembre que nous discutons avec la direction et qu'elle ne veut rien entendre", précise Claudia Reckinger, la permanente régionale SETCa non-marchand.

Après avoir déjà annoncé sept licenciements, la direction de la clinique a présenté la semaine dernière aux paramédicaux du service MPRR la nouvelle convention qu'elle souhaite leur imposer pour qu'ils passent du statut de salarié à celui d'indépendant. D'après les syndicats, ce changement de statut imposé sous peine de licenciement avec prestation de préavis n'est pas du tout intéressant pour les onze personnes (kinésithérapeutes et ergothérapeutes) concernées.

Notamment parce que la facturation des prestations sera toujours assurée par la clinique, qui gardera au passage près de 50% pour rétribuer le personnel administratif encore salarié, ainsi que couvrir les frais du service.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK