Vaste enquête publique sur l'utilisation des pesticides en Wallonie

Si depuis 2005, la situation s'améliore, le constat n'est pas encore idéal. Notamment au nord du sillon Sambre et Meuse. Plus densément peuplé, cultivé plus intensivement, c'est aussi là que s'étend la zone des sables bruxelliens. Et cette nappe qui va de Gembloux à Wavre et de Nivelles à Perwez est particulièrement perméable aux pollutions.

Voilà pourquoi différentes propositions existent. Parmi celles qui devraient faire le plus de bruit : l'interdiction d'utiliser tout produit chimique dans les espaces publics dès 2019. C'est une mesure parmi d'autres soumises à vos commentaires.

Cela dit, c'est le point faible de ces enquêtes : même si on touche à des questions très concrètes, les réactions sont encore trop rares. En Flandre et au fédéral, où des initiatives comparables ont été menées, on n'a reçu que quelques dizaines de réponses.

Dommage sans doute de ne pas jeter un coup d'œil d'autant que, dans 45 jours, les résultats de l'enquête seront examinés et qu'après les formalités légales, au deuxième semestre, les nouvelles règles entreront d'office en vigueur. D'ici là, la voie est ouverte aux commentaires et suggestions.

Sachez qu’il vous est possible de donner votre avis non seulement à partir des administrations communales mais aussi par l'intermédiaire d'un site web : wallonie-reductionpesticides.be

L'enquête publique, elle, dure jusqu'au 27 mars.

Carl Defoy

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK