Vacances en Wallonie : chars à voile et "Spin cable"

Vacances en Wallonie : chars à voile et "Spin cable"
2 images
Vacances en Wallonie : chars à voile et "Spin cable" - © Tous droits réservés

Aux lacs de l’eau d’Heure, on s’attend à voir 30% d’affluence en plus cet été. Les Belges ont massivement réservé dans la région. Et pour séduire ces nouveaux vacanciers, il faut les divertir, leur faire passer un bon moment, même quand la météo est capricieuse en Belgique.

Char à voile loin de la Mer du Nord

Si le ciel est gris et que le vent souffle abondement le long des berges des lacs de l’eau d’Heure. Il s’agit là d’une météo idéale pour sortir les chars à voile. "Ce qui est essentiel pour manœuvrer un char à voile, c’est de bien comprendre le sens du vent. C’est de cette façon que vous allez donner de la vitesse au char", explique Eric Van Houten, instructeur de chars à voile.

Le casque est obligatoire et après quelques conseils techniques, pratiquement le même qu’en voile, on peut facilement se laisser aller et prendre le vent. "Les sensations sont incroyables, c’est fou comment le char peut prendre en quelques secondes seulement de la vitesse grâce au vent. J’ai adoré.", raconte Sullivan Pierre, un vacancier.

De 8 à 80 ans

Les instructions sont très faciles à comprendre. "Il ne faut pas d’aptitudes physiques particulières. On peut commencer ce sport dès 8 ans car cela requiert quand même une certaine force pour gérer la voile et, le pratiquer jusqu’à 80 ans. Il ne faut pas longtemps pour avoir des sensations", ajoute Eric Van Houten. Comptez entre 25 et 30 euros pour une heure de séance d’initiation.

Spin cable

Impossible d’aller aux lacs de l’eau d’heure sans avoir la tentation de piquer une tête de l’eau. L’attraction nautique phare du site est le Spin cable. Un sport de glisse nautique en ski, en wakeboard ou en kneeboard tracté par un câble. "On est venu passer un week-end dans la région pour l’anniversaire d’un copain et on a réservé pour tester le Spin cable. Ça a l’air pas mal, enfin si on parvient à tenir debout sur la planche", explique Louis originaire de Bruxelles. Malgré la météo pluvieuse, mouillé pour être mouillé, les amateurs de glisse faisaient la file. "On remarque vraiment qu’avec le confinement, les gens ont besoin de sortir prendre l’air. Ici, on a de l’affluence comme si c’était une journée ensoleillée l’été dernier. On espère que ça va continuer pour nous permettre de sortir la tête de l’eau après près de trois mois d’arrêt ", confie Cédric Vandermotn Responsable du Spin cable park, des lacs de l’eau d’heure.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK