Une zone d'expansion de crue de 27.400 m³ pour protéger Villers-la-Ville des inondations

L'objectif poursuivi est, lors d'événements pluvieux ou orageux importants, que les débordements ne viennent causer des dégâts dans le village (illustration).
L'objectif poursuivi est, lors d'événements pluvieux ou orageux importants, que les débordements ne viennent causer des dégâts dans le village (illustration). - © RTBF

La province du Brabant wallon vient de finaliser le chantier d'une zone d'expansion de crue (ZEC) sur le Gentilsart, entre les villages de Tilly et Mellery (Villers-la-Ville). La capacité de retenue est de 27.400 m³, grâce au relief naturel de la zone identifiée avec l'aide d'un bureau d'étude et en collaboration avec la commune, et à une digue en terre de 5 mètres de hauteur sur 70 mètres de long. La maîtrise d'ouvrage a été déléguée à l'intercommunale InBW. Cet investissement d'un peu moins d'un million d'euros servira à protéger Villers-la-Ville et d'autres communes en aval lors de pluies importantes.

Le centre de Villers-la-Ville est situé à la confluence de deux cours d'eau: la Thyle qui arrive de Sart-Dames-Avelines et le Gentilsart qui coule depuis Tilly. Lorsque ces deux ruisseaux sont gonflés par des événements pluvieux ou orageux importants, les débordements peuvent causer des dégâts dans le village comme en 2008, et avoir également des répercussions en aval, sur la Dyle - dont la Thyle est un affluent - à Court-Saint-Etienne, Ottignies et Wavre.

Le principe de la ZEC est de retenir un maximum d'eau en cas de crue, grâce à une digue en terre équipée d'une vanne. Dès que le cours d'eau atteint un débit fixé par le gestionnaire du cours d'eau - la Province en l'occurrence -, la vanne fait office de goulot d'étranglement et le niveau de l'eau monte dans la retenue.

"L'ouvrage est dimensionné pour qu'il puisse reprendre des événements orageux ayant une probabilité de survenir tous les 50 ans maximum. Pour des événements plus rares, la zone d'expansion de crue contribuera toutefois à stocker une partie des eaux, et un déversoir de sécurité permettra à l'excédent de rejoindre le cours d'eau sans endommager l'ouvrage et la digue", indiquent les responsables.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK