Une "Plastic attack" à Bruxelles pour sensibiliser à la production de déchets

Après l'Angleterre, c'est au tour de la Belgique de subir sa première "Plastic Attack". Le principe ? Faire ses courses dans un supermarché, et après avoir payé ses emplettes, tout déballer et empiler les emballages dans des caddies, afin de dénoncer le suremballage dans nos grandes surfaces.Le mouvement est parti du sud-ouest de l'Angleterre, où les militants avaient rempli trois caddies d'emballages en tout genre. 

La première "Plastic Attack" belge aura lieu ce samedi, dans le magasin AD Delhaize du boulevard Anspach à Bruxelles.

La communauté spontanée qui s'est développée autour de ce mouvement a prévu des actions similaires ailleurs dans le monde, notamment en Belgique. Après Bruxelles, les militants séviront à Gand, Anvers, Louvain et Malines. "Cela attirera l'attention de Delhaize et des médias nationaux, et fera prendre conscience de l'énorme quantité et du caractère souvent inutile des emballages en plastique (...). En Belgique, la plus grande partie est brûlée, ce qui signifie beaucoup de CO2 qui accélère le réchauffement climatique. Nous voulons que les supermarchés réfléchissent à la façon de réduire l'utilisation des emballages en plastique!", peut-on lire sur la page Facebook de l'opération organisée dans la capitale. Plus de 500 personnes se sont dites "intéressées" par cet événement initié par le groupe "Plastic Attack Belgium".

Actuellement en Belgique, les sacs plastiques à usage unique sont interdits dans les commerces en Wallonie et à Bruxelles, respectivement depuis 2016 et 2017. Du côté de la Flandre, la majorité en place n'arrive toujours pas à se mettre d'accord sur la question, qui reste en suspens depuis deux ans.

Le plastique envahit nos écosystèmes

Le plastique est omniprésent dans notre quotidien, sa stabilité moléculaire permettant de nombreux usages : il est, selon une étude américaine de 2017, le troisième matériau le plus fabriqué par l'humain, derrière le ciment et l'acier. En tout, plus de 8 milliards de tonnes de plastique ont déjà été fabriqué, depuis les années 50. Avec comme conséquence une production gigantesque de déchets, comme ce continent de plastique flottant au milieu du Pacifique, où 80.000 tonnes de déchet occupent une superficie de 1,6 millions de km², soit trois fois la France.

Plus préoccupant encore, des recherches récentes montrent que des microparticules de plastique sont également présente en grande quantité dans nos océans, sans que l'on puisse déterminer l'impact sur les écosystèmes marins. Ces microparticules se retrouvent également dans l'eau de nos bouteilles en plastique, avec des dangers sur la santé méconnus.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK