Ans: perquisitions multiples visant Stéphane Moreau, patron de Tecteo

Les perquisitions visent Stéphane Moreau, patron de Tecteo.
Les perquisitions visent Stéphane Moreau, patron de Tecteo. - © Belga

Des perquisitions ont été menées ce mercredi matin à l'administration communale d'Ans, chez Tecteo ainsi qu'au domicile privé de Stéphane Moreau, bourgmestre d'Ans et directeur général de l'intercommunale. C'est lui qui a succédé à Michel Daerden au mayorat en mars 2011. A l'origine de ces devoirs, une lettre anonyme parvenue au Palais de Justice de Liège il y a un peu plus d'un an.

La missive, anonyme, tient en une seule page. Son auteur y dénonce de possibles malversations au sein de Tecteo, plus particulièrement dans le cadre d'attribution des marchés publics et dans la gestion des fonds de pension créés par l'intercommunale. Depuis lors, la section financière de la police fédérale de Liège tente de faire la lumière quant à l'existence possible de mouvements de fonds suspects.

Plusieurs perquisitions ont été menées


Ce mercredi matin, les enquêteurs ont mené une vaste opération de perquisitions au sein de l'hôtel de ville d'Ans et plus particulièrement du bureau du bourgmestre Stéphane Moreau. Ils se sont également rendus au siège social de l'intercommunale Tecteo où des ordinateurs ont été mis sous scellés et des disques durs copiés. Enfin, les policiers de la section financière et le Juge Richard en charge du dossier se sont déplacés au domicile de Stéphane Moreau où ils ont saisi de nombreux documents. Stéphane Moreau a été entendu sur un des lieux de perquisitions et ne fait l'objet, à ce stade du dossier, d'aucune inculpation.


Le Bureau Exécutif de Tecteo a renouvelé sa confiance envers Stéphane Moreau


Dans un communiqué, le Bureau Exécutif de Tecteo, après s'être informé dans le détail des devoirs d'instruction menés mercredi, a renouvelé sa confiance à l'égard de Stéphane Moreau et du Comité de Direction de la société. Il informera le Conseil d'Administration des suites de la plainte avec constitution de partie civile déposée en décembre 2008 par l'Intercommunale. 


La justice n'a fait aucun commentaire

La justice n'a pas tenu à commenter la vague de perquisitions menée mercredi matin et centrée autour de la personne de Stéphane Moreau. La procureur du Roi de Liège, Danièle Reynders, s'est contentée de déclarer que les descentes relevaient d'un travail habituel d'enquête.


P. Scheffers
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK