Une nouvelle aide pour les entreprises bruxelloises qui engagent des jeunes sous contrat de formation

Le gouvernement bruxellois souhaite augmenter le nombre de places disponibles en entreprises et dans le secteur public pour les jeunes qui optent pour ce type de formation (illustration).
Le gouvernement bruxellois souhaite augmenter le nombre de places disponibles en entreprises et dans le secteur public pour les jeunes qui optent pour ce type de formation (illustration). - © DR

Il s’agit d’une prime annuelle de 1750 euros pour engager un jeune de 15 à 25 ans. Avec cet incitant financier, le gouvernement bruxellois souhaite augmenter le nombre de places disponibles en entreprises et dans le secteur public pour les jeunes qui optent pour ce type de formation.

Dans le groupe PSA Peugeot Citroën, on n’a pas attendu cet incitant pour avoir recours à cette formule.

Yannis, 20 ans, est mécanicien. "J’ai commencé ici à 16 ans. Comme j’étais tout jeune, c’est presque devenu ma deuxième maison."

Après quatre années d'apprentissage, au bout de sa formation, il a tout de suite été engagé. "Les garages apprécient qu’on ait de l’expérience. C’est un avantage."

Un avantage important

Selon le ministre bruxellois de l'Emploi, plus de 80% de ceux qui sortent de cette filière décrochent un emploi.

Ce qui plaît aux patrons, c'est la capacité des jeunes issus de cette filière à être tout de suite opérationnel. "Dès le départ de leur formation, ils vont être formés avec les normes de l’entreprise, le respect des process, commente Yassinne Nyouri, directeur de PSA Meiser. Et quand on les embauche, on ne doit pas passer du temps à leur expliquer et les former puisqu’ils sont tout de suite opérationnels." Ce qui se traduit au final par : "Un gain de temps et forcément, de la rentabilité."

A côté de l'incitant financier pour les entreprises, il y a aussi du neuf pour les jeunes chercheurs d’emploi qui s’engagent dans une formation en alternance. Ceux-ci seront en effet dispensés de chercher un travail en même temps.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK