Forest: nouvelle affaire d'attouchements présumés dans l'école des Sept-Bonniers

Le parquet de Bruxelles confirme qu’un nouveau dossier pour faits de mœurs à l'école des Sept-Bonniers à Forest est actuellement en cours d’information judiciaire. Une nouvelle qui provoque à nouveau la colère des parents d'élèves : ils avaient déjà porté plainte contre le pouvoir organisateur, les autorités communales de Forest

Une première affaire qui s'achemine vers un non-lieu

L'instruction, concernant des faits de mœurs qui auraient été commis sur un enfant scolarisé à l'école des Sept-Bonniers à Forest, est terminée et le parquet compte requérir un non-lieu. Il confirme aussi qu'une autre instruction a été ouverte au sujet de faits de mœurs, commis sur un élève de la même école.

Rappelons la teneur du premier dossier. En novembre dernier, un enfant de 4 ans raconte à ses parents des faits qui se seraient produits durant des classes vertes. Le récit de l'enfant fait état d'abus, confirmés aux parents par les médecins de SOS enfants. Le parquet de Bruxelles ouvre alors une instruction judiciaire, mais au terme de l'enquête, il n'existe aucun indice probant permettant d'incriminer un auteur en particulier.

Les parents s'étaient émus d'apprendre que l'école, pourtant avertie de l'incident, avait laissé partir un second groupe d'enfants au même endroit. Une réunion sous haute tension avait alors été organisée avec les autorités communales responsables de la gestion de l’école. Les parents reprochaient à la commune le manque de communication et une "volonté d’étouffer l’affaire".

Une nouvelle instruction

Le parquet de Bruxelles a annoncé mercredi matin "qu’une deuxième instruction est en cours au sujet de G.N., un homme de 38 ans, pour des faits de mœurs qui auraient été commis sur un des élèves de l'école le 27 novembre 2017. Deux dossiers de mœurs à l'encontre du même individu ont été classés sans suite en 2011 et 2012, faute de preuves."

La colère des parents

"Nous avions des rumeurs incessantes sur un individu qui aurait agi de manière très inappropriée", explique Julien Truddaia, l’un des parents en colère. "Là, je vous laisse imaginer dans quel état de sidération on a découvert cette nouvelle histoire. Des faits qui, visiblement, ont exposé encore plus d’enfants", poursuit-il.  

Les faits se seraient déroulés pendant le même mois de novembre 2017. La commune avait écarté le professeur par mesure de précaution juste après les premiers faits, comme l’explique Marc-Jean Ghyssels, le bourgmestre de Forest: "Après les incidents de 2011 et 2012on avait rappelé de manière très stricte, le cadre que cet individu devait respecter pour éviter tout geste qui pourrait porter à ambiguïté. On lui a expliqué que si on entendait encore parler de lui, on prendrait des mesures de suspensions. C’est ce qui s’est passé en 2017".

L'enquête concernant ces nouveaux faits de mœurs allégués est toujours en cours et aucun lien ne peut à ce stade être établi entre les deux dossiers.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK