Une notaire de Molenbeek accusée de détournement de fonds

A ce stade, on ne connaît ni l'ampleur des sommes détournées, ni le nombre de victimes. On cite toutefois le chiffre de 2 à 3 millions d'euros.

La notaire en question est à la tête d'une étude qualifiée de moyenne.

Son père exerçait également la profession de notaire. En 2008, elle a déjà fait l'objet d'une première instruction judiciaire pour faux en écriture par officier public, conclue récemment par un non-lieu.

Une deuxième instruction vient donc de s'ouvrir. Le parquet de Bruxelles se montre avare de commentaires. Mais à la Fédération des notaires, on confirme l'existence d'une fraude sophistiquée, découverte à l'occasion d'un contrôle.

Damien Hisette, porte-parole de la Fédération précise: "Nous avons également mis hors-jeu le notaire en question pour éviter qu’il poursuive ses activités et désigné un remplaçant. Cette personne n’est plus notaire en fonction. Les choses sont effectivement entre les mains du parquet pour l’aspect pénal, le notariat, lui, a veillé à la continuité de l’étude donc le notaire remplaçant traite les dossiers en cours dans l’intérêt des clients".

Les notaires disposent d'un mécanisme pour indemniser les victimes, même s'il est encore trop tôt pour en évaluer le nombre.

P. Carlot et J. Katz

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK