Une intervention de 499 000 euros pour rénover le Château de Farciennes

Délaissé durant la deuxième moitié du 20ème siècle, la château de Farciennes va, grâce à cette subvention, bénéficier d'une nouvelle jeunesse.
Délaissé durant la deuxième moitié du 20ème siècle, la château de Farciennes va, grâce à cette subvention, bénéficier d'une nouvelle jeunesse. - © DR

La Région wallonne, la province de Hainaut et la commune de Farciennes se sont accordées sur un investissement de 499 000 euros pour la rénovation du château classé de Farciennes, indique vendredi le député-bourgmestre Hugues Bayet.

Il s'agit, pour Hugues Bayet, de redonner ses lettres de noblesses au "Vieux Château", qui succède à une forteresse datée de 1344 et qui était à l'époque inféodée à la principauté de Liège. L'ensemble a été édifié dans le premier quart du 17ème siècle. Mondialement connu pour sa légendaire histoire de vampire, il a notamment accueilli Louis XIV qui l'avait surnommé le "Petit Versailles" en raison de l'architecture de ses jardins.

80 jours de chantier

Délaissé durant la deuxième moitié du 20e siècle, il va, grâce à cette subvention, bénéficier d'une nouvelle jeunesse, et son dossier de réhabilitation introduit en 2012 va connaître ainsi sa première concrétisation. Ce montant permettra de réaliser des travaux de protection, de sécurisation et de stabilisation du Château, réalisés par une entreprise spécialisée dans les rénovations patrimoniales. Ce chantier durera 80 jours ouvrables.

Une couverture provisoire sera posée sur le corps de logis, avant le placement de deux échafaudages de part et d'autre de la façade, destinés à la soutenir. Ils permettront de travailler sur le bâti en afin de le stabiliser et d'enlever le lierre qui le ronge et menace de le faire s'effondrer.

En parallèle, un important travail sera mené par des archéologues. Ils s'attèleront à nettoyer les gravats qui l'encombrent en recherchant des pièces d'époque. Une attention particulière sera accordée au pont-levis qui est actuellement enfoui.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK