Une habitante de Flobecq dénonce des violences policières

La dame explique avoir subi des violences au poste de police
La dame explique avoir subi des violences au poste de police - © Google Maps

Les faits se sont passés le 10 août dernier en fin d’après-midi. Nadine Nimmegeers, 58 ans, rentrait chez elle au volant de sa voiture quand elle a été interpellée par trois policiers à bord d’un véhicule banalisé. " Ils s’arrêtent à côté de moi et abaissent leur carreau. C’était 'Et ta ceinture !? Et ton téléphone !?'. Je me suis sentie agressée et je ne leur ai dit que ce n’était pas moi le cow-boy mais que c’était eux", raconte la dame au micro de nos confrères de la télévision régionale No Télé.

Elle explique que les policiers l’ont ensuite poursuivie jusque chez elle, où elle a été plaquée au sol, menottée, avant d’être emmenée au poste de police, où elle s’est retrouvée dans un cachot. "A deux, ils m’ont poussée. Je suis tombée à genoux contre le lit. Ils m’ont plaquée par terre avec la tête dans les coussins. J’ai crié qu’ils me faisaient mal. Puis ils m’ont enlevé les menottes puis mes chaussures", poursuit-elle.

Rébellion armée

Nadine passera quatre heures au poste avant d'être conduite à l'hôpital. Elle ressort de cette mésaventure avec deux côtes cassées, un œil au beurre noir et une épaule fissurée. Les policiers de la zone des Collines refusent de s'exprimer. Une information a été ouverte au parquet. Selon le procès-verbal, Nadine Nimmegeers aurait insulté à plusieurs reprises les policiers, et en aurait heurté un en prenant la fuite, occasionnant une incapacité de travail. "Alors qu’on partait sur une simple infraction de roulage, c’est tout de suite parti dans la disproportion, explique Frédéric Bariseau, le porte-parole du Parquet de Tournai. L’usage de la force par les policiers est justifié car il y a non seulement eu rébellion armée (l’usage du véhicule à l’égard du policier) et ensuite une rébellion dans le fait de repousser les policiers qui voulaient procéder à son contrôle. Si les conséquences physiques sont telles, c’est surtout dû à la chute de cette dame lors de la maîtrise". Elle risque d'ailleurs de se retrouver devant le Tribunal Correctionnel pour rébellion armée et outrage à agent, et devant le Tribunal de Police pour divers infractions de roulage, indique le porte-parole du Parquet de Tournai en fin d'après-midi.

Des policiers agressifs?

Pour le bourgmestre de Flobecq, ces faits restent interpellants. D'autant que des citoyens se plaindraient régulièrement de l'agressivité des forces de police dans la zone. "Nous sommes souvent sollicités, à tort ou à raison, par des personnes qui font écho des attitudes parfois un peu provocatrices ou agressives de certains policiers. Ce qui se passe ici, ajouté à ce qui nous est relaté fréquemment, pose en effet question, déclare-t-il sur l’antenne de No Télé. Nous attendrons les conclusions de l’enquête en cours, mais cela semble être un problème". 

L'instruction suit son cours au Parquet. Le Comité P, la police des polices, analyse également le dossier. Nadine Nimmegeers, elle, a décidé de consulter un avocat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK