Une grève sauvage à La Louvière: "132 trains supprimés au total"

Photo prise par notre reporter présent en gare de La Louvière ce vendredi matin.
2 images
Photo prise par notre reporter présent en gare de La Louvière ce vendredi matin. - © RTBF

En début de soirée, la grève des cheminots de La Louvière perturbait toujours une partie du réseau ferroviaire. La plupart des accompagnateurs et conducteurs qui devaient prendre leur service ce vendredi après-midi ne l'ont pas fait. La grève sauvage de ce vendredi matin a donc repris en pleine heure de pointe en fin de journée. Au total, ce sont 132 trains qui ont été supprimés, selon Infrabel.

Des conducteurs et accompagnateurs de train avaient déjà occupé les voies ce matin et bloqué le trafic sur les lignes 112 (La Louvière - Charleroi), 118 (Mons - La Louvière), 116 (La Louvière - Manage) et 108 (Binche - La Louvière) durant six heures.

La situation avait été débloquée vers 10h30. Mais certains conducteurs et accompagnateurs de train n'ont pas pris leur service cet après-midi. Peu avant 19h, la SNCB annonçait, sur son site, toujours des retards et des suppressions de train.

"132 trains supprimés au total"

La grève qui a touché le réseau ferroviaire vendredi, à hauteur de La Louvière, a engendré la suppression de 132 trains, a indiqué le porte-parole d'Infrabel. Les perturbations ont principalement touché la dorsale wallonne, Binche/Louvain-la-Neuve et la ligne reliant Mons à Bruxelles.

Les retards cumulés générés par la grève sont équivalent à 2000 minutes, soit une quarantaine d'heures, selon le porte-parole d'Infrabel.

"Quelques perturbations ne sont pas exclues samedi matin", conclut-t-il.

Le débrayage fait suite aux dernières mesures d'économies prises par le nouveau gouvernement fédéral qui sont estimées à deux milliards d'euros pour la SNCB. Ils craignent également des suppressions d'emplois et des difficultés pour leur avenir professionnel.

Du côté de la SNCB, on "condamne avec force cette grève qui prend les voyageurs en otage", a indiqué Thierry Ney (porte-parole).

Jacqueline Galant "regrette" la grève en gare de La Louvière

La ministre de la Mobilité , Jacqueline Galant (MR) "regrette le mouvement de grève anticipé entamé ce matin en gare de La Louvière", a-t-elle fait savoir par sa porte-parole.

"Des centaines de navetteurs sont pris en otage. Aucune concertation syndicale n'a encore eu lieu", souligne la ministre, qui doit rencontrer la direction d'Infrabel et de la SNCB ce vendredi, avant d'entamer la concertation avec les organisations syndicales la semaine prochaine sur les mesures d'économie annoncées. Mme Galant "insiste sur l'importance de la concertation et du dialogue social".

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK