Une étudiante de l'ULB accuse le chauffeur d'un faux taxi Collecto de viol

Dans la nuit de samedi à dimanche, alors qu’elle quittait un baptême estudiantin organisé par le cercle Polytechnique, une étudiante de vingt ans aurait été agressée par le chauffeur d’un faux taxi collectif. Celui-ci aurait embarqué, kidnappé et violé la jeune fille. Le lendemain, elle a décidé de partager sa douloureuse expérience sur Facebook pour mettre en garde d’autres victimes potentielles. "Le chauffeur s’est présenté comme un Collecto, un service de taxi partagé à tarif réduit. Il portait un uniforme de la Stib, est de type maghrébin et roulait dans une voiture grise "type Citroën", a-t-elle décrit. "Je crois qu’il rôde dans le quartier de la Jefke (Cimetière d’Ixelles) et qu’il repère les filles saoules qui marchent seules. Il explique qu’il veut bien t’emmener n’importe où. Sauf qu’il embarque les filles loin de Bruxelles, dans une maison, pour les violer".

Le parquet confirme le dépôt d’une plainte pour faits de mœurs

Dès dimanche, l’étudiante a déposé plainte et ce lundi, le parquet de Bruxelles confirme le dépôt d’une plainte pour faits de mœurs. Il ne confirme pas cependant l’existence d’autres plaintes pour des faits similaires. Une enquête est en cours pour identifier le suspect. Suite cette agression, la victime a été prise en charge par le centre de prévention des violences sexuelles de Bruxelles. De son côté, l’ULB n’a pas tardé à réagir. Les faits s’étant produits sur le campus de la Plaine, à proximité de la salle Jefke, où se déroulent de nombreuses soirées estudiantines, l’université se dit très concernée. Ce lundi, l’Université Libre de Bruxelles annonce qu’elle va renforcer la sécurité du campus ainsi que la sensibilisation des cercles étudiants.