Une étape décisive dans la rénovation du Conservatoire royal de Bruxelles: le début des études

Le Conservatoire royal de Bruxelles va être examiné sous toutes ses coutures. C'est une étape décisive dans le projet de rénovation des bâtiments qui commence: des études pilotées par l'association momentanée Origin - A2RC Architects-FVWW. 

Analyse historique et état des lieux complet des bâtiments 

Rénover des bâtiments qui ont traversé le siècle dernier, pour la plupart tous classés, cela ne s'improvise pas. Avant de commencer les travaux, c'est donc le temps des études qui s'impose. Il s'agit donc de réaliser une analyse historique et un état des lieux complet des bâtiments, ainsi qu'un examen approfondi des besoins et des contraintes des utilisateurs, une analyse acoustique et une recherche spécifique pour la restauration d'un orgue d'une richesse unique. 

La quasi certitude que des travaux auront lieu 

Le projet de rénovation est donc sur les rails. Frédéric De Roos, directeur du Conservatoire francophone s'en réjouit: "Nous sommes particulièrement heureux de cette étape décisive. Non seulement nous avons désormais la quasi certitude que des travaux auront lieu. Mais en plus, ces travaux ont un visage, qui nous a été présenté et qui nous plaît." 

Les premières esquisses du projet de rénovation ont effectivement été diffusées. Elles sont susceptibles d'évoluer en fonction des études qui seront réalisées. Cette étape d'étude devrait durer un an. Les travaux sont quant à eux prévus pour 2023. Combien de temps dureront-ils? Didier Reynders, ministre en charge de Béliris voit large: "Disons 10 ans, comme ça, si c'est moins, ce sera une bonne nouvelle".

La rénovation financée à parts égales par le Fédéral et les Communautés 

Le coût de la rénovation sera de 60 millions d'euros. La somme sera prise en charge à parts égales par le gouvernement fédéral (La régie des Bâtiments en est le propriétaire), la Fédération Wallonie-Bruxelles et la région flamande, qui y cohabitent. 

Jusqu'ici, chaque niveau de pouvoir se renvoyait la responsabilité de l'entretien des bâtiments qui datent de 1872. La rénovation est donc plus que nécessaire: les murs s'écaillent, des plafonds se sont effondrés, des fissures lézardent les murs. Un état qui dénote avec l'aura internationale du Conservatoire royal de Bruxelles. Depuis 2012, les épreuves de sélection et les demi-finales du concours Reine Elisabeth se déroulent à Flagey plutôt qu'au Conservatoire, en raison de la vétusté du bâtiment.

Archive : Vews 06/03/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK