Une énorme affiche contre l'abattage des platanes de l'avenue du Port

300 platanes devraient être abattus au début du mois de septembre
300 platanes devraient être abattus au début du mois de septembre - © www.avenueduport.be

Vous avez peut-être remarqué l’énorme affiche tendue sur le pont qui enjambe le canal, à hauteur de la Place Sainctelette. L’affiche présente un arbre que l'on coupe et un slogan: "Trop de vert en ville". C'est en fait un acte militant contre l'abattage de 300 platanes situés avenue du Port. Ces arbres disparaîtront dans les semaines qui viennent suite au grand chantier de réaménagement de l’artère qui longe le canal.

L'histoire commence le jour où Mathieu France, agent publicitaire dans le quartier, découvre les affiches accrochées aux platanes de l'avenue du Port.

Il raconte: "Un jour, en revenant du travail, je me suis arrêté parce qu’il y avait des gens qui collaient des affiches. Je leur ai demandé pourquoi ils faisaient ça. Ils m’ont expliqué que les arbres étaient condamnés ou, en tout cas, sujets à être coupés." Avec son agence, Mathieu France décide alors de donner un coup de main aux riverains. Ils proposent cette gigantesque bâche: quinze mètres de haut sur douze mètres de large.

Pour pouvoir l’afficher, il faut une autorisation d'occupation de voirie. Cette autorisation doit être octroyée par Bruxelles-Mobilité, qui gère les voieries de la Région bruxelloise. Or, c'est aussi Bruxelles-Mobilité qui est responsable du chantier d'abattage des platanes. L'administration s'est-elle tiré une balle dans le pied en autorisant l'énorme affiche qui dénonce son propre chantier? A Bruxelles-Mobilité, on répond que ç'eut-été un déni de démocratie de refuser. Les riverains ne l'entendent pas de cette oreille et pensent savoir que l'administration a quand-même tenté de faire enlever la bâche.

Résultat: l'affiche est toujours là et restera normalement jusqu’à lundi prochain, date où l'autorisation d'occupation de voierie prend fin. La Région a demandé de débrancher les lumières qui éclairaient la nuit. Une manière, peut-être, de prendre ses distances…

Les travaux d'abattage devaient commencer le 16 août. Ils sont visiblement reportés au début du mois de septembre pour des raisons pratiques de planification du chantier, d'après Bruxelles-Mobilité.

Hélène Maquet – Delphine Wilputte

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir