Une cité des métiers s'ouvrira sur le site du Val Benoît à Liège en 2016

La future cité des métiers de Liège
3 images
La future cité des métiers de Liège - © Baumans-Deffet sprl

Il s'agit d'un site regroupant l'ensemble des partenaires liés au travail, que ce soit la formation, l'enseignement, le Forem ou encore les entreprises. Ouverte à tout un chacun, de l'étudiant aux parents en passant par les demandeurs d'emploi, les chefs d'entreprise ou les personnes ayant déjà un travail, la cité des métiers se voudra un centre unique d'information.

Une cité des métiers, c'est un concept labellisé fondé il y a 21 ans à La Villette, près de Paris. " C’est un lieu où on vient chercher de l’information extrêmement concrète sur les métiers, sur les filières de formation. C’est un peu une espèce d’office du tourisme qui va permettre de voir quels sont les lieux de métiers, les entreprises qui proposent des métiers que l’on ne connaît pas. Nous on va parler des métiers traditionnels, des métiers innovants, des métiers spécifiques, des métiers en mutation. C’est un petit peu rendre ses lettres de noblesse au mot métier ", explique Christine Cambresy, responsable du projet liégeois.

Une cité en 3D

La cité des métiers de Liège se voudra tridimensionnelle : " Il y aura l’axe orientation, comme dans toutes les cités des métiers, mais nous aurons à Liège deux pans complémentaires. Le premier, ce sera Innova, la vitrine active de l’innovation, dans laquelle on va pouvoir montrer au travers d’objets du quotidien, au travers de nos entreprises, des technologies qu’elles utilisent, des produits et des services qu’elles proposent, de leurs métiers, on va pouvoir montrer la voie aux jeunes, expliquer les filières de formation, les identifier pour leur permettre d’avoir une autre vision des métiers et du monde de l’entreprise, mais aussi une autre vision de leur futur professionnel ", détaille-t-elle.

" Le deuxième axe, c’est Explora. C’est expliquer comment fonctionnent les entreprises et c’est le faire par le biais d’un jeu de rôle grandeur nature dans une véritable entreprise où les jeunes, à partir du primaire et jusqu’à l’enseignement secondaire, voire même les demandeurs d’emploi, vont pouvoir à un moment donné vivre comme s’ils étaient dans une entreprise, rencontrer les problèmes que l’on rencontre dans une entreprise et voir les complémentarités entre tous les métiers que l’on peut trouver dans une entreprise ".

Quarante cités dans le monde

Il existe 40 cités des métiers dans une dizaine de pays dans le monde. Toutes ont une base commune et des adaptations locales, tant en lieux d’implantation qu’en ce qui y est proposé. " A Rome par exemple, c’est dans un campus d’économie sociale et solidaire, à Barcelone c’est au pied d’une pépinière d’entreprises. Il y a une cité des métiers à Genève où le problème c’est la gestion du plein emploi, et on en a au Portugal ou à Barcelone où c’est l’effondrement économique et la montée très très rapide du taux de chômage ", précise Olivier Lasvergnas, fondateur du concept et directeur de la cité des métiers de La Villette.

Cette cité des métiers se voudra aussi différente des autres organismes existants. " Nous avons des pièces de puzzle et la cité des métiers vient rendre le puzzle cohérent. C’est la dernière pièce qu’il faut mettre et qui donne son sens à toute la palette. Il y a beaucoup d’opérateurs, il n’y avait pas une plateforme où tous les opérateurs sont présents ", affirme Jean-Claude Marcourt, ministre de l'Économie.

5 millions de visiteurs à Paris

A La Villette, la cité des métiers attire annuellement 5 millions de visiteurs. La cité des métiers liégeoise sera le cinquième élément de la reconversion du site du Val Benoît. Les autres éléments, ce sera du logement, un zoning industriel vertical, un centre d'économie mixte, et un pôle enseignement avec l'école d'acteurs et l'incubateur des arts de la scène. La construction de cette cité des métiers coûtera 7,5 millions d'euros.

Olivier Thunus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK