Anaïs Guillaume: une battue pour trouver des indices

Photo prétexte-des fouilles à Florenville, pour retrouver Anaïs Guillaume
Photo prétexte-des fouilles à Florenville, pour retrouver Anaïs Guillaume - © Archives Belga

Des recherches sont entreprises ce mardi 30 avril, pour essayer de retrouver des indices, concernant la disparition d'Anaïs Guillaume. Un territoire de deux hectares a été délimité, et sera fouillé toute la journée. Il s'agit d'une battue moyenne.

Anaïs Guillaume, 21 ans, a disparu le mardi 16 avril dans les Ardennes françaises. Sa voiture a été retrouvée calcinée de l'autre côté de la frontière.

Anaïs serait partie sans affaires personnelles, sans papiers et sans moyen de paiement. Elle a emporté 400 euros en liquide, qu'elle aurait empruntés à un membre de sa famille. Anaïs est blonde aux yeux bleus, elle mesure 1 mètre 65, et portait un jean au moment de sa disparition.

Sa voiture a été manifestement incendiée de façon volontaire. C'est son téléphone portable, qui était systématiquement sur répondeur, qui a permis aux enquêteurs d'orienter leurs recherches du côté de la frontière belge.

A la demande du Parquet d'Arlon, des recherches sont entreprises ce mardi matin, par les services de police chargés de la disparition de la jeune fille, avec l'aide de la protection civile. Le point de départ est son véhicule incendié, retrouvé à l'orée du bois de Chameleux, dans la commune de Florenville-sur-Semois, à moins de 5 km de la frontière française.

20 agents de la protection civile sont sur place, avec deux chiens et dix policiers. la battue est destinée à trouver un indice, comme un téléphone portable, et pas le corps d'Anaïs.

Même si la procureur du Roi trouve la disparition inquiétante, les gendarmes pensent qu'Anaïs est toujours vivante.

Belga avec Christine Pinchart

 

 

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK