Une aile a touché le sol lors d'un précédent atterrissage, selon un témoin

Une aile qui touche le sol lors d'un attérissage?
2 images
Une aile qui touche le sol lors d'un attérissage? - © RTBF

Le pilote du Pilatus aurait rencontré un problème lors d’un atterrissage samedi : l'aile de l'avion aurait touché le sol, c'est ce qu'affirme un témoin de 17 ans contacté par la RTBF. Une hypothèse à laquelle ne croit pas le premier pilote qui est monté dans l'appareil ce jour-là.

Ce pilote accepte de témoigner, mais il préfère rester anonyme. Il explique qu’à son arrivée à Temploux, samedi matin, il a commencé par contrôler l’appareil avec son collègue décédé qu’il connaissait très bien. Il a effectué les deux premières rotations de la journée avant de passer le relais. Quand on lui parle d’un témoignage affirmant que l’aile de l’avion aurait touché le sol lors du dernier atterrissage, il bondit : "Je ne peux pas concevoir qu’un pilote professionnel, car il l’était, ai eu un incident ou un accrochage lors de l’atterrissage, ne fasse rien et reparte avec l’avion sans même aller inspecter visuellement si il y a des dommages à l’appareil".

Il réfute donc totalement l’hypothèse selon laquelle l’avion aurait eu des problèmes à l’atterrissage à cause du vent : "Il pourrait y avoir de fortes secousses quand le vent est de plus de 16 nœuds or ici, le vent était de 12 nœuds".

Autre raison pour laquelle il trouve le témoignage absurde : "Je ne peux pas concevoir que les parachutistes soient montés dans l’avion en ayant vu un incident lors de l’atterrissage précédent".

En effet, les parachutistes attendent près du point de toucher de l’avion. Ils se tiennent à 10 ou 15 mètres de là où l’appareil se pose. "Je suis certain que s’ils avaient vu quelque chose, ils auraient tout de suite signalé et surtout ils ne seraient pas montés dans cet avion".

L'aile a touché le sol, affirme un parachutiste qui aurait dû monter à bord

C'est Amaury, un parachutiste débutant âgé de 17 ans, qui indique qu'il y a eu un incident : notre collègue Sacha Daout a recueilli son témoignage par téléphone. Après un contact avec le Parquet, ce témoin a préféré ne pas répéter ces propos face aux caméras.

Ce témoin explique qu'on lui a demandé de ne pas monter à bord du vol qui a mal terminé car vu le vent qui soufflait, son niveau a été jugé insuffisant. Par contre, il dit avoir assisté à un atterrissage secoué un peu plus tôt dans la journée et dit avoir vu l'aile toucher le sol. Il situe cet incident entre la 5ème et la 7ème rotation des 15 prévues ce jour-là. Il dit aussi qu'il n'y a pas eu de vérification de l'état de l'appareil entre deux rotations.

Le Parquet estime que cette hypothèse parait peu probable même si, comme les autres, elle devra toutefois être vérifiée.

Une personne présente à cet endroit au moment de l'atterrissage de l'avant-dernière rotation, la 13ème, déclare à VivaCité que l'avion a fait un atterrissage "très doux et très court" et "normal". Cette dame qui dit avoir filmé l'atterrissage confirme que le pilote n'a pas "checké" l'appareil, le moteur tournant. Personne n'a donc vérifié l'appareil entre les deux rotations, dit-elle.

Cette version est d'ailleurs confirmée par cette autre vidéo, due à un spectateur présent sur la piste, lors de ce dernier atterrissage en douceur.

RTBF

Et aussi