La Région wallonne confirme: le train vers l'aéroport carolo est une priorité

La liaison ferroviaire devrait booster le développement économique et stratégique de l'aéroport.
La liaison ferroviaire devrait booster le développement économique et stratégique de l'aéroport. - © OLIVIER PAPEGNIES - IMAGEGLOBE

Une bonne nouvelle pour le développement économique de Charleroi: le projet de liaison ferroviaire vers l'aéroport de Charleroi se concrétise. C'est le journal L’Echo qui l'affirme ce jeudi matin en publiant la liste des travaux considérés comme ultra prioritaires par la Région wallonne. Et parmi ceux-ci donc, le train vers le BSCA.

Le projet de connexion ferroviaire à l'aéroport de Charleroi prévoit la construction d'une gare en surface, une gare qui aura une double issue. Il s'agit d'opérer un branchement à la ligne 124 Charleroi/Luttre - Bruxelles ainsi qu'un raccordement vers la ligne nord Fleurus - Ottignies. Le tout pourrait être opérationnel à l'horizon 2027.

2027 au plus tôt, selon Infrabel qui a également estimé les travaux à près de 480 millions d'euros (et qui a d'ores et déjà inscrit la dépense dans les prévisions budgétaires).

C'est une bonne nouvelle pour Charleroi car la gare aura un effet évident sur le développement économique et stratégique de l'aéroport. Cette gare drainera de nouveaux passagers et, dans la foulée, peut-être de nouveaux opérateurs. On évoque un potentiel de 14 millions de passagers à l'horizon 2020 dans l'aéroport carolo. Un chiffre qui - évidemment – sous-entend une nécessaire remise en état de l’infrastructure actuelle, qui ne pourrait en aucun cas absorber un tel flot de voyageurs.

C'est donc une nouvelle ère d'importants travaux qui se profilent du côté de l'aéroport dans les prochaines années.

Le gouvernement wallon a confirmé ce jeudi

Le montant prévu par le gouvernement wallon pour le plan prioritaire d'investissement (PPI) de la SNCB 2013-2025 concernant le projet de raccordement et de gare à l'aéroport de Charleroi-Bruxelles Sud (Gosselies) est de 270 millions d'euros, a fixé jeudi l'exécutif.

Le projet, qui avait déjà été réduit de 660 millions d'euros (gare enterrée) à 412 millions (gare en surface) est réparti sur deux programmes d'investissements, réservant à celui de 2013-2025 quelque 270 millions.

Cela représente un peu plus du quart des 948 millions d'euros disponibles pour les projets prioritaires du rail wallon d'ici 2025, ressort-il d'un communiqué du ministre de la Mobilité Philippe Henry.

Luciano Arcangeli, Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK