Un test d'entrée... pour la première primaire dans une école d'Anderlecht: illégal selon la ministre

Un test d'entrée... pour la première primaire dans une école d'Anderlecht: illégal selon la ministre
Un test d'entrée... pour la première primaire dans une école d'Anderlecht: illégal selon la ministre - © Tous droits réservés

Faut-il parler d'un test d'entrée pour les nouveaux élèves qui entrent en 1ère primaire? L'affaire fait grand bruit  dans une école primaire du réseau catholique à Anderlecht, une commune bruxelloise. L'Institut Marie Immaculée-Montjoie teste en effet ses nouveaux élèves sur leurs acquis. L'occasion pour l'école de vérifier que ces nouveaux élèves ont bien les compétences minimales pour pouvoir s'inscrire ...en première année primaire.
Un test effectué en juin, avant la rentrée scolaire,


Il s'agit d'un test d'une page recto-verso de petits exercices rudimentaires, nous dit-on. Une manière, selon la direction, d'éviter les réorientations en cours d'année. Mais pas question pour Marc Vande Weyer, le directeur, de parler de test sélectif...même si ça y ressemble fort...

La ministre de l'Education Marie-Martine Schyns, ne partage pas son avis: dans un communiqué, elle exprime que ce test est clairement une forme de sélection préalable à l’inscription... et est donc illégal.
La députée socialiste Isabelle Emmery parle, elle, de pratique perverse. C'est elle qui a dénoncé les faits au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Rappelons qu'une exclusion d'une école n'est autorisée que pour trois raisons : le manque de place, l'âge qui n'est pas l'âge requis et le refus des parents de signer le projet pédagogique de l'établissement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK