Un tag toutes les 15 minutes à Liège

En 2010 à Liège, quelque 56 000 mètres carrés de façade ont été nettoyés pour un coût de 750 000 euros.
En 2010 à Liège, quelque 56 000 mètres carrés de façade ont été nettoyés pour un coût de 750 000 euros. - © Belga

C'est une estimation fournie par la Ville qui entend poursuivre et même intensifier sa lutte contre ces incivilités. Une brigade ''anti-tag'', composée de 20 agents de la propreté publique, est secondée par une société privée. En 2010, quelque 56 000 mètres carrés de façade ont été nettoyés pour un coût de 750 000 euros.

Les tags coûtent cher à la collectivité mais ils peuvent aussi coûter cher à leurs auteurs : amendes et même peines de prison. A Liège en 2011, le nombre de PV pour tags a augmenté de 22%. 62 auteurs ont été interceptés, 90% d’entre eux ont moins de 30 ans.

Au fil du temps, la Ville se dote d’outils. Le bourgmestre, Willy Demeyer, cite notamment ''une banque de données (images) qui permet de répertorier les tags et de les attribuer à leurs auteurs. Nous souhaitons partager cette expérience avec d’autres communes.''

La lutte passe aussi par la répression

Et dans ce domaine, la Ville de Liège a obtenu le soutien du parquet puisqu'un magistrat de référence vient d'être désigné. Un soutien évidemment important mais il n’y a pas que les poursuites pénales, rappelle le bourgmestre. ''Nous disposons aussi des services du sanctionnateur communal, qui peut – indépendamment du reste – infliger une amende administrative.''

Que des jeunes veulent s’exprimer ou s’affirmer, le bourgmestre le comprend mais pas ainsi. ''Finalement, ces jeunes en pâtiront. C’est leur ville qui se développera moins bien, c’est leur ville qui attirera moins d’investisseurs. Il y aura moins d’habitants. Je lance donc un appel solennel à ces jeunes pour qu’ils en prennent conscience.''

Ces dernières années, la mode est au ''tagage'' des vitres à l’acide. Celles du nouveau palais de justice de Liège viennent d’en être victimes.

 

Martial Giot

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK