Un suspect détecté par jour à l'aéroport de Zaventem

Les nouvelles méthodes de repérage se concentrent davantage sur les individus et leurs comportements que sur les bagages.
Les nouvelles méthodes de repérage se concentrent davantage sur les individus et leurs comportements que sur les bagages. - © THIERRY ROGE - BELGA

C'est en moyenne ce qu'ont permis de détecter les nouvelles méthodes de repérage à Brussels Airport. Voilà ce qui ressort de l'audition mercredi devant la commission d'enquête parlementaire sur les attentats du nouveau chef de la police aéronautique à Zaventem.

Cela fait maintenant un mois que les tentes de pré-contrôle devant le hall de départ ont été enlevées. Les mesures de sécurité sont donc moins visibles, mais certainement pas moindres. Au contraire, disent les autorités, elles ont été renforcées, mais via un dispositif et un concept novateur.

En résumé : les nouvelles méthodes de repérage se concentrent davantage sur les individus et leurs comportements que sur les bagages. Et cela porte visiblement ses fruits.

En un mois, 30 personnes suspectes ont ainsi pu être identifiées, contrôlées, voire interceptés.

Progressivement, l'ensemble du personnel policier de l'aéroport sera formé à ces nouvelles méthodes comportementales.

Les effectifs de la police aéronautique, aussi, vont être renforcés. 193 agents supplémentaires sont attendus dans les aéroports belges, dont 105 pour Zaventem.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK