Namur: un nouvel espace pour les restaurants éphémères

Yannick Francart, le gérant de Craquage.
Yannick Francart, le gérant de Craquage. - © RTBF

"Craquage" c'est son nom. Il a été inauguré mardi soir à la rue du Beffroi, en plein centre-ville. La particularité, c'est qu'il n'y a pas que le menu qui change, les cuisiniers également. Chaque mois, deux restaurants éphémères peuvent occuper les cuisines. Cela permet par exemple à un cuisinier de se tester avant d'ouvrir son propre établissement.

"On a installé deux comptoirs-cuisine, où différents partenaires de l’horeca – des foodtruckers, des restaurateurs ou même des chaînes de restaurants – peuvent venir s’installer, explique Yannick Francart, le gérant de Craquage. Soit ils n’ont pas la possibilité de le faire (au niveau de l’investissement), soit ils veulent tester et analyser la formule avant de s’installer définitivement. De notre côté, cela nous permet de proposer à la clientèle une rotation qualitative, avec des binômes : un concept de cuisine classique en binôme avec un partenaire de cuisine internationale. Ainsi, par exemple, le mois prochain, on aura un chouette concept de burgers, ou encore une enseigne de boulettes bien connue en Flandre qui veut tester le marché wallon. Il y aura également de la cuisine indienne, des sushis… On veut proposer une chouette variété pour que les Namurois et les touristes puissent en profiter ; qu’ils puissent trouver une variété pour toute la famille."

Craquage met l'infrastructure à disposition, s'occupe des charges et, en contrepartie, prend 20% du chiffre d'affaires. "Nous assumons en effet tous les coûts et toutes les charges, un peu comme le modèle économique sur lequel fonctionnent les Food Markets. Après, c’est vrai que c’est toujours un peu plus compliqué pour les petites structures mais moi qui suis, depuis le début, de l’autre côté de la barrière, je peux vous dire que 20% pour éviter tous les coûts.. cela reste intéressant !"

Un concept de restaurant éphémère donc, qui semble séduire clients et restaurateurs, tout en favorisant les rencontres culinaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK